Lucas Biglia espère que la série noire des penalties est définitivement conjurée


BRUXELLES Lucas Biglia a toujours eu le don de calmer les esprits. Hier, alors que certains voyaient déjà le titre anderlechtois en poche, le capitaine était une nouvelle fois le premier à tempérer les esprits échaudés par une semaine complètement folle.

Lucas, qu’est-ce qui a changé depuis Bruges ?
“La différence, c’est que cette fois, l’équipe est restée concentrée de bout en bout. On n’est jamais sorti de notre match et on a réussi à oublier Bruges.”

Et aussi l’action menée par quelques supporters cette semaine ?
“Oui, cela ne nous a pas empêchés de bien travailler cette semaine. Ce match face au Standard, ce n’était pas une réaction. On sait tous que les supporters étaient tristes après nos deux défaites. C’est pour cela qu’on a voulu partager cette victoire avec eux. Il fallait les remercier.”

Il y avait aussi un match dans le match entre Vainqueur et Biglia. Cette fois, vous l’avez emporté...
“Il n’y avait pas de duel. Le seul combat était entre Anderlecht et le Standard. On a gagné en équipe et grâce au coach.”

Comment cela ?
“La victoire lui appartient aussi. Il a mis en place la bonne tactique et il a su l’ajuster quand il le fallait. Faire rentrer Dennis à 30 minutes de la fin pour permettre à Mati de moins travailler en récupération, c’est exactement ce qu’il fallait. Ce succès est le sien aussi!”

La pression qui pesait sur vous est-elle un peu retombée ?
“J’ai l’habitude de composer avec cela. Il y a toujours de la pression sur moi.” (sourire)

Mais cela faisait longtemps qu’on n’avait plus vu une telle ambiance entre les joueurs.
“Sincèrement, en rentrant dans le vestiaire, il n’y avait pas d’euphorie.”

La série noire des penalties est enfin terminée.
“Je l’espère. Depuis mardi, Guillaume s’était entraîné au moins 50 fois. Cela a payé!”

© La Dernière Heure 2013