Ariël Jacobs s’est fait à l’idée : “C’est plus un souci pour Lucas que pour nous…”

ANDERLECHT Ariël Jacobs est apparu assez irrité hier quand la presse l’a interrogée sur la blessure de Lucas Biglia. Il faut dire que le communiqué de la veille avait été des plus succints...

“Moi, je le trouvais très clair” , rétorquait Ariël Jacobs. “Biglia souffre d’une entorse avec déchirure, voilà tout. Vu l’impact sur son pied – et il n’y avait même pas fau- te ! –, on avait craint pour son péroné, mais ce n’est qu’une contusion. Concernant son entorse, je refuse de prédire quand il sera apte à jouer.”

Entre les différents pronostics des médecins, Ariël Jacobs a appris à se montrer méfiant... Une chose est sû- re : même si le staff médical a dit au joueur qu’il jouerait peut-être contre le Standard, ses chances de s’aligner à Sclessin sont infimes. À l’heure actuelle, on parle d’une absence de trois à huit semaines. L’Argentin a évité le plâtre, mais il marche avec des béquilles.

Les vacances de Biglia à Dubaï avec Frutos et Suarez sont d’ailleurs menacées. “Ça, c’est le cadet de mes soucis” , affirme Ariël Jacobs.

Celui-ci a d’autres problèmes : Biglia était l’un de ses joueurs cadres. “C’est plus un problème pour Lucas que pour nous” , argumente Ariël Jacobs. “Nous ne sommes pas plus dépendants de lui que nous ne le sommes de Lukaku, de Frutos ou de Boussoufa...”



© La Dernière Heure 2009