Décryptage avec Alex Teklak du jeu des patrons de l’entrejeu rouche et mauve

BRUXELLES Samedi, ils auront les clés du Clasico. William Vainqueur et Lucas Biglia, ce sont des patrons, des joueurs qui déterminent le niveau de jeu de leur équipe. Lequel des deux est le plus costaud ? Alex Teklak, consultant toujours pertinent quand il s’agit de poser une analyse détaillée, décrypte pour nous le jeu des deux médians, domaine par domaine.

Vista: Biglia

“Biglia est une vraie bénédiction pour ses équipiers. Ils savent qu’ils peuvent lui donner la balle, même dans une position inconfortable, et qu’il a peu de chances de la perdre. Car l’Argentin a une vraie capacité à lire le jeu adverse et il fait souvent le bon geste pour éviter le pressing. Résultat : il a très peu de déchets. Vainqueur a plus de difficultés dans ce domaine-là.”

Duel : Vainqueur

“Quand il faut y aller, Biglia se donne à fond dans le duel, mais ce n’est pas dans sa vraie nature. Dans ce domaine, Vainqueur est plus efficace. Il est moins attentiste, défend en avançant et choisit très bien ses moments pour mettre la pression. On le voit souvent faire des sprints de 15 ou 20 m pour aller harceler l’adversaire. À Anderlecht, c’est plus la tâche de Kljestan en fait.”

Mental : Vainqueur

“Vainqueur a eu une formation à la française : il est très orgueilleux et ne lâche jamais rien. Parfois, il est même trop fougueux et il est difficile de le brider. Ça lui a coûté d’être exclu lors du dernier Clasico . Biglia est plus contenu. Même si ce n’est pas forcément négatif d’être discret.”

Passing: ex aequo

“Biglia privilégie le jeu court et les appuis. Il n’a pas beaucoup de verticalité, mais joue dans un registre qu’Anderlecht aime. Cela dit, en Belgique, pour faire la différence sur une attaque placée, il faut déjà aller très vite… Vainqueur est plus tranchant dans les passes dans les intervalles et dans le jeu en profondeur. C’est un reproche qui lui avait été fait, mais il a bien progressé. Cela dit, aucun joueur ne se détache car leur registre est bien trop différent.”

Apport offensif: ex aequo

“Avec van den Brom, Biglia est beaucoup plus souvent dans les 30 mètres adverses qu’il ne l’était avec Jacobs. Il a montré contre le Standard qu’il était capable de marquer mais pour franchir un cap, il doit apporter encore plus offensivement. Vainqueur, lui, sort assez peu : 70 % du temps, c’est Buyens qui va dans le rectangle adverse. Difficile donc de les départager.”

Choix final: Vainqueur

“Le niveau de ces deux joueurs est relativement proche. Ils ont tous les deux beaucoup de qualités. Et je ne vais pas dire qui est le meilleur, mais qui je prendrais par rapport à la philosophie de jeu que j’aime : c’est Vainqueur. Parce que j’aime les animations avec deux attaquants, et donc avec seulement deux médians axiaux. Dans ce cas-là, il faut de l’impact et Vainqueur en a plus.”

© La Dernière Heure 2013