Frank Boeckx s’est révélé important : "Je méritais au moins une chance".

Frank Boeckx transpirait encore après sa douche. Il avait eu beaucoup de travail et avait fait un 100 mètres après le 3-2. "Je devais bien faire cet effort pour féliciter Teo " , souriait-il. "Cela fait encore plus plaisir de gagner en fin de match, même si un 4-0 aurait été plus facile…"

Boeckx a vu du positif dans chaque compartiment du terrain. "Teo qui a marqué, le milieu du terrain qui a mis son pied en seconde mi-temps, Deschacht qui a joué un match fantastique…."

L’arrêt qui doit lui avoir fait le plus plaisir : le face-à-face avec Steve De Ridder. Boeckx est parrain du fils de De Ridder. "Je ne vais pas le chambrer ce soir. Je vais attendre un peu… Je savais qu’il allait rater. J’ai sauvé les meubles. C’est mon job."

Boeckx s’est montré important à plusieurs reprises. "Vous me connaissez : je fais mon boulot et ma prestation personnelle n’est pas si importante. Si on avait gagné 98-97, j’aurais aussi été content."

Sa titularisation était une surprise pour le monde extérieur, surtout après le bon match de Sels à Gand. "Je suis disponible, et sur base de ma saison passée, je mérite au moins une chance. S’il y a une hiérarchie chez les gardiens ? Peut-être dans la tête de l’entraîneur, mais je ne la connais pas. La saison n’est pas un sprint, mais un marathon : elle est encore longue."

Le victoire doit avoir fait beaucoup de bien au groupe. Boeckx : "On a montré notre visage de la saison passée; nous avons été récompensés. Un match ne se gagne pas que sur base du talent. Il faut aussi se battre; c’est ce qu’on a fait. C’est ce que j’ai dit aux joueurs, au début de la seconde période."

Au Bayern, Boeckx ne jouera donc pas. "Le coach a décidé que Matz jouera. J’accepte ses décisions. Je vais essayer de savourer ce match depuis le banc. Ce match est la récompense de notre travail de la saison passée. Ce serait beau de gagner 0-1, après un petit hold-up. (Rires) "