Frank Boeckx, candidat au titre de meilleur gardien de l’année, demeure humble : "Ces stats sont celles de l’équipe, pas les miennes".

Si Anderlecht peut remporter le titre ce soir à Charleroi, ce n’est pas grâce à son attaque, mais grâce à sa défense et son gardien. Anderlecht n’a marqué que huit buts en huit matchs lors des PO1, mais n’en a surtout encaissé que deux. Bruges s’en est pris onze.

Ce soir, Frank Boeckx portera encore son étoile sur le dos, vu qu’il est le gardien de notre D1A avec le plus de clean sheets. À 13 reprises, il a su garder le zéro.

Vu qu’il n’est titulaire que depuis la fin du mois de novembre, Boeckx n’a joué que 23 matchs de championnat. 13 clean sheets sur 23 matchs : ce sont des chiffres extraordinaires. Surtout si on les compare aux 23 derniers matchs de championnat des plus grands gardiens au monde.

Boeckx n’est dépassé que par Trapp (PSG), Ederson Moraes (Benfica) et Igor Akinfeev (CSKA Moscou), il fait jeu égal avec Iker Casillas et devance le trio de meilleurs gardiens au monde : Courtois, Neuer (dont nous avons calculé les 23 matchs en Bundesliga avant sa blessure) et Buffon.

Le gardien d’Anderlecht a réagi à la Boeckx à ces statistiques surréalistes. "Vous ne saviez pas que j’étais meilleur qu’eux ? (Et ensuite de façon plus sérieuse). Ce n’est pas mon mérite, c’est celui de toute l’équipe. Le travail défensif commence chez Teo ou Kiese Thelin. Ces stats ne sont pas les miennes, mais celles de l’équipe."

Ses clean sheets ne sont pas passés inaperçus : Boeckx est un des trois candidats pour le trophée de meilleur gardien de l’année. "Merci à tous les joueurs qui ont voté pour moi", sourit Boeckx. "C’est une énorme reconnaissance. Mais ce trophée n’aura aucune valeur si Anderlecht n’est pas champion."

Si Boeckx gagne le trophée, il dépassera Kalinic, le gardien pour lequel Gand a payé 3,1 millions. Alors que Boeckx a été jeté à la poubelle par les dirigeants gantois, en 2014. "Ce que je suis en train de réaliser n’est pas vraiment une surprise. Je reçois la confiance d’Anderlecht. Ce n’était pas le cas à Gand. Là, je savais qu’une erreur suffisait pour m’écarter, et j’étais donc stressé. Ici, ce ne serait pas le cas."

Boeckx a donc la clé, à Charleroi. S’il garde le zéro, Anderlecht n’aura - au pire des cas - plus besoin que d’un seul point, à domicile contre Ostende. S’il a peur de quelque chose, au Mambourg ? Boeckx.

"Il y a deux choses que je n’ai jamais eues dans ma vie : peur et de l’argent…"

© DH

“Je veux rester numéro 1, mais je n’ai rien à dire”

Anderlecht a un gros dilemme au niveau des gardiens. Faut-il transférer un nouveau numéro 1, en sachant que Boeckx est très apprécié par Weiler et que Svilar veut au moins devenir le numéro 2 ? Ou faut-il garder Boeckx au but ? “Bien sûr que je veux rester numéro 1”, dit Boeckx. “Mais je ne veux pas me mêler du travail de Herman Van Holsbeeck. Il faut une doublure pour quand je suis blessé. Il y a Svilar, et Roef appartient encore à Anderlecht. Je serai là si le club a besoin de moi, et quel que soit mon statut.”