Frank Boeckx a été le héros du match et ses équipiers en sont bien contents.

Deux pas à gauche, deux pas à droite. Quelques gestes avec les bras. La petite tentative de déconcentration de Frank Boeckx est terminée. Son regard croise celui d’Hervé Kagé et se fixe ensuite sur la course du joueur avant de finir sur le cuir.

La frappe part, Boeckx aussi. D’une main ferme, il repousse le cuir vers la droite avant d’exploser à la Gladiator.

"Je connaissais Hervé Kagé de notre période commune sous le maillot de La Gantoise", explique le gardien. "Je savais donc qu’il attendrait la dernière minute avant de frapper."

Avec ces informations-là, il a décidé de rester le plus longtemps sur ses positions. "Je n’ai pas anticipé la frappe, je dirais plus que j’ai bien lu le tir. Et n’oublions pas la part de chance."

Sofiane Hanni avait également une explication quant à ce magnifique arrêt de son gardien. "Il ne les travaille pas spécifiquement", disait le capitaine en toute honnêteté. "Mais je suis certain que le fait que ce soit presque toujours lui qui est dans le but lorsque nous travaillons les coups de pied arrêtés a joué. Ces sessions nous font progresser mais cela l’entraîne lui aussi."

Le gardien a ensuite enchaîné sur une belle détente devant Saadi avant que l’Algérien ne prenne la défense dans son dos et le trompe d’un ballon piqué. "Il n’y a pas de mésentente avec Bram Nuytinck sur la phase. Mais je vois Saadi partir et je sais que je dois aller direct sur lui. J’ai tenté de rester le plus longtemps en position d’attente mais ça n’a pas fonctionné."

Ses équipiers ne lui en tiendront pas rigueur. Au contraire, ils l’ont tous chaudement félicité via les différentes interviews. "C’est clair qu’il a fait son boulot et nous a bien aidés. Il peut être content de sa performance", lançait Sofiane Hanni.

Son ancien compagnon de chambre, Ivan Obradovic, tenait également à lui tirer son chapeau. "Son expérience lui a permis de gérer cette situation", souriait le Serbe qui avait commis la faute. "Je suis content pour lui car je l’apprécie beaucoup."

Dans le vestiaire, l’homme fait l’unanimité. "C’est vraiment un bon gars", résume un Uros Spajic heureux pour lui.

Après quelques matches faciles, Frank Boeckx a prouvé qu’il méritait vraiment sa place dans le but anderlechtois. "J’ai su saisir ma chance", affirme-t-il. "Mais il n’y a aucun problème avec Davy Roef ou entre le coach et lui. Personnellement, j’essaie juste de montrer ce dont je suis capable."