Anderlecht La détente du Congolais sur le but a impressionné, même l’Anversois Bolat.

Son dernier but remontait au 2 octobre, contre Preston North End en Championship avec Aston Villa (3-3). Un soulagement pour Yannick Bolasie qui avait le sourire à la sortie des vestiaires, malgré une grosse poche de glace sur le genou.

S’il n’a pas eu le droit de s’exprimer, ses équipiers l’ont fait pour lui. "Ça va lui faire du bien. C’est un attaquant et il a besoin de ça", souriait Kums. "Les hommes du match, ce sont ceux qui mettent les buts. Félicitations à Yannick car c’est vraiment un but important", enchaînait Didillon.

Ce qui a impressionné sur le but du Congolais, c’est sa détente. Un vrai bond d’attaquant de Premier League. "Il est deux mètres au-dessus du moi", reconnaissait Bolat, le gardien anversois. "Le centre de Verschaeren part très bien, je dois reculer et je n’ai pratiquement plus de force et d’appui pour sauter. Bolasie, lui, arrive à pleine vitesse et monte très haut."

Arrivé dans les dernières secondes du mercato hivernal, Yannick Bolasie n’avait pas encore réussi à se montrer sous son meilleur jour au Sporting. Ce but pourrait servir de déclic. "Il travaille beaucoup pour l’équipe. Il bosse énormément sur son flanc. Je suis content pour lui", se félicitait Kums. "Yannick doit encore s’adapter à notre football, très différent de ce qu’il a pu connaître en Angleterre. Là-bas, ça va vite vers l’avant. Nous, on essaie d’être dominants et de conserver le ballon au maximum. Il doit parfois être patient pour toucher la balle mais il apprend bien."

Pour l’anecdote, Bolasie a inscrit dimanche le deuxième but hors Angleterre de sa carrière en club. Le premier, c’était le 1er octobre 2007 en première division… maltaise avec le Floriana contre Pieta Hotspurs FC. Le Congolais a aussi inscrit neuf buts en sélection mais uniquement sur le continent africain.