Anderlecht

Découvrez les réactions des protagonistes de la rencontre entre l'Antwerp et Anderlecht.

Thomas Didillon : "On n'avait pas fait deux clean sheet d'affilée depuis le début de saison. On a réussi à garder le zéro aujourd'hui. On avait comme plan de jeu d'être très compact et très dense dans le milieu de terrain. Ils n'ont pas été très dangereux en première mi-temps. Ils ne se sont pas dégarnis et c'est pour cela qu'on a eu un match âpre et très intense physiquement. On a eu le mérite d'être très efficaces sur une demi contre-attaque. Cela fait du bien de voir un Sporting réaliste et opportuniste. La victoire fait beaucoup de bien et va nous donner beaucoup de confiance pour la suite."

Zakkaria Bakkali : "On savait qu'on devait gagner ce match à l'extérieur pour rester dans les six premiers. On a gagné et c'est le plus important. On a travaillé toute la semaine. On doit travailler en équipe comme aujourd'hui. J'allais beaucoup vers l'intérieur. Mon défenseur ne me suivait pas là-bas. On pouvait faire beaucoup mieux dans les dernières passes."


Didier Lamkel Zé : "Les adversaires se focalisent sur notre jeu. Nous sommes une équipe solide à domicile. Il y a eu un petit relâchement en fin de match et on encaisse ce but. On voulait rester devant le Standard. Ils sont 3e maintenant. Le penalty? Je sais qu'il m'a touché. Il m'a touché, mais pas vraiment. Le VAR est là pour ça. Ils ont décidé que c'était pas penalty. J’écope d'un carton jaune et je serai suspendu à Genk."

Lazlo Boloni : "Je ne sais pas si c'est vraiment un relâchement. Il n'y a que le bon Dieu qui sait pourquoi un centre réussit comme cela à la 93e alors que tous les autres ont fini dans les gants du gardien. Je n'ai pas la réponse à cette question. Les deux défaites inquiétantes? Je ne sais pas, Messieurs Dames bonne soirée."dit-il à Jérémie Baise, journaliste de Proximus. "Vous partez déjà Lazlo Boloni?", demande-t-il. "Non, je ne sais pas. Posez moi des questions auxquelles je peux répondre. Il reste quatre matches. On va lutter car on a les moyens. On a un match relativement facile à Genk mais on s'en fout de ça. Après, on jouera deux fois chez nous et on doit en gagner un." Quand le journaliste lui demande s'il va falloir remotiver ses troupes sur le point de vue mental, il répond ceci: "Je ne suis pas d'accord avec vous. Mais pas du tout d'accord. Cette équipe est très forte mentalement. Si elle a bien une qualité, c'est le mental. Je ne sais pas comment vous juger mais ce n'est que mon avis."