Que s’est-il passé en deux semaines ? D’énième prêt manqué du mois de janvier, Jacob Bruun Larsen est passé au statut d’homme du match du Topper.

Via un assist millimétré et surtout un coup franc botté en pleine lucarne, le Danois de 22 ans a permis à son équipe de prendre un point contre le leader du classement. Et d’affirmer, dans le même temps, qu’il faudra compter avec lui pour les cinq derniers matchs.

Adrien Trebel était à peine étonné de son but. "Pour lui, les coups francs sont aussi faciles qu’une passe. Avec ce but, il est enfin récompensé pour son talent."

Avant la rencontre, Bruun Larsen n’avait pas donné le moindre assit ni marqué le moindre but depuis son arrivée au RSCA. Titulaire dès fin janvier, il s’est vite retrouvé dans la peau de joker avant d’encore reculer dans la hiérarchie.

"J’ai joué mon meilleur match pour Anderlecht", affirme le Danois. "Je suis surtout content de jouer à nouveau. Quand tu n’es pas sur le terrain, tu n’es pas toujours heureux. Alors, quand j’ai reçu ma chance, j’ai tenté de la saisir. Au final, j’ai trop voulu montrer ce que je savais faire. J’ai beaucoup parlé avec le staff depuis."

Depuis début mars, son temps de jeu en Pro League se résumait à 63 minutes de jeu. Sans la moindre place de titulaire. Une situation qui l’a forcé à bosser dans l’ombre. "Il est arrivé avec une énorme pression", poursuit Trebel. "Il est considéré comme un grand talent européen. Il a dû faire le dos rond, ne pas faire de bruit et travailler. Car, depuis le début, nous connaissons ses qualités. On voit tous les jours à l’entraînement qu’il est un très bon joueur."

Samedi dernier, il a inscrit un doublé face à Ostende en amical. La concrétisation d’une montée en puissance. "Depuis quelques semaines, il s’est beaucoup montré à l’entraînement", dit Kompany.

Le coach parle même d’un "déclic" apparu ces derniers jours. "Il s’est vu à Ostende et s’est concrétisé sur le terrain de Bruges."