Pays-Bas

Les Ajaccides ont affiché des failles contre Roda

BRUXELLES Dimanche, jour de repos ? Pas pour tout le monde.

Ariël Jacobs n’a pas chômé hier. L’entraîneur des Mauves s’est offert une petite virée à Kerkrade où le Roda JC accueillait l’Ajax Amsterdam. Il a pu juger sur pièce l’état de forme de son prochain adversaire qui a montré face au septième du championnat quelques lacunes.

Tout avait pourtant bien débuté. L’Ajax a rapidement su tirer profit de l’absence de pressing adverse en trouvant la faille grâce à Suljemani, idéalement servi par Eriksen. Placé sur l’aile droite, le Serbe s’est ensuite mué en passeur décisif pour de Jong (35), confirmant ainsi son statut de nouvel homme fort d’une attaque qui se cherche encore depuis le départ de Suarez.

Mais la belle mécanique s’est ensuite grippée. Une perte de balle a priori sans conséquence dans l’entrejeu a permis à Roda d’y croire. Parti dans la profondeur, Janssen a alors trouvé Junker au nez et à la barbe d’Alderweireld et de Vertonghen (41e). Et l’égalisation d’Hadouir sur un maître coup-franc a relevé ainsi d’une certaine forme de logique (82).

Mais, même rejoint, l’Ajax aurait pu l’emporter si El Hamdaoui, qui ne goûte que modérément à son repositionnement sur l’aile gauche, n’avait manqué un penalty qu’il s’était procuré (88e).

Ce match prouve que l’Ajax n’a pas encore digéré les départs de Suarez et d’Emanuelson. “Avec Suarez, l’Ajax aurait tué le match” , estimait d’ailleurs l’entraîneur de Roda.

Surtout, le système typiquement ajaccide en 4-3-3 mis en place par Franck De Boer a les défauts de ses qualités.

Le trio Enoh-Eriksen-De Zeeuw, très technique, n’aime que modérément défendre, ce qui laisse souvent l’arrière-garde en égalité ou en infériorité numérique. Et il n’a pas échappé à Ariël Jacobs qu’en mettant un semblant de pressing dans l’entrejeu, Roda avait su déstabiliser un Ajax qui paraît prenable.



© La Dernière Heure 2011