Anderlecht Elias Cobbaut s’est érigé, à 21 ans, en patron d’une défense de 19 ans de moyenne.

"Elias, tu es mon héros." Un fan néerlandais éméché est venu hurler cette phrase durant l’interview avec Elias Cobbaut. De quoi faire marrer le défenseur qui est allé poser avec lui pour une photo souvenir.

La bonne humeur se lisait sur le visage du Belge qui sortait d’un bon match personnel et précisant que le groupe a été "meilleur, efficace et plus mature que les semaines précédentes". Il s’explique.

Frankie Vercauteren : "Nous avons gardé un système proche de celui qu’avait déterminé Kompany. Ce que nous avons mis en place est une plus-value pour le groupe. Nous avons beaucoup appris. La différence avec Vercauteren ? Nous avons bien tenu derrière. En bloc. Notre jeu de passe était plus efficace et aussi plus vertical. Nous prenons aussi moins de risques : si on voit qu’il faut dégager, on le fait. On a joué de manière plus adulte mais aussi en étant plus durs dans certains duels. Au quotidien, par contre, la différence n’est pas énorme. Vercauteren ajoute juste sa touche personnelle. À l’instar de Kompany."

La défense de 19 ans : "J’étais, à 21 ans, le défenseur le plus âgé et avec le plus d’expérience en match. J’ai assumé le rôle de leader. C’est ce que le coach attendait de moi. Je devais aider mes équipiers et ils ont très bien fait le boulot. Et en plus, Marco (Kana) a marqué. Je lui ai parlé après son but car quand tu marques à ton premier match, tu ne sais plus ce qui t’arrive. C’est comme ça. Il restait encore beaucoup de minutes de jeu et je lui ai fait comprendre qu’il ne devait pas se relâcher. Il l’a bien fait."

Sa place dans l’axe : "J’ai mieux joué ces derniers matchs en tant que défenseur central. Actuellement, ma meilleure position est dans l’axe. Je l’avais déjà fait chez les espoirs. Là, je suis surtout content de jouer. Peu importe ma place."