Denis Praet et le Sporting veulent renouer avec le succès au Pays de Waes

Outre Massimo Bruno, Michaël Heylen, Jordan Lukaku et Mehdi Tarfi, Denis Praet a également représenté les couleurs anderlechtoises au sein de la sélection des Diablotins, mardi soir, en match amical face à l’Espagne (1-1). Et comme face au Standard (2-2) dimanche dernier, le stratège louvaniste s’est finalement contenté des 45 premières minutes de jeu.

“Il s’agissait d’une volonté du club, afin de ne pas rentrer trop fatigué de ce rendez-vous international” , explique Dennis Praet. “Le niveau de l’Espagne n’est pas si élevé par rapport à celui de la Belgique. Si nous avons réussi à les tenir en échec, c’est que nous possédons aussi un très bon groupe.”

Le médian offensif livra également l’explication de son remplaçant précoce, dès la pause, face aux Liégeois. Alors que les Rouches avaient égalisé juste avant le repos (1-1), le coach John van den Brom avait remplacé Praet et Bruno, au profit de … Kanu et Odoi.

“Suite à notre infériorité numérique, l’entraîneur m’a expliqué qu’il voulait tout simplement jouer avec des éléments plus forts physiquement dans l’entrejeu” , déclare le joueur de dix-huit ans.

Même si ce partage a mis un terme à la belle série de victoires (onze), le Sporting reste invaincu depuis douze matches. Une série qu’il conviendra de prolonger ce dimanche soir, sur la pelouse de Waasland-Beveren.

“Nous n’avons qu’une seule chose à faire : gagner au Freethiel, point à la ligne” , résume Denis Praet, qui admet que les Bruxellois n’ont pas encore retrouvé la bonne carburation depuis la trêve hivernale. “C’est vrai qu’on jouait mieux avant le mercato. Malgré tout, Anderlecht reste le grand candidat au titre.”



© La Dernière Heure 2013