Dennis Praet affiche de nouveau la grande forme et compte bien le montrer

ANDERLECHT La scène se sera jouée une fois le match des Diablotins face à Chypre passé. Venu visionner Dennis Praet en observateur discret, John van den Brom (comblé par la deuxième mi-temps de son joueur mais perfectionniste de cœur) allait ensuite le retrouver pour une mise au point devenue un rendez-vous régulier : “Je sais ce que je dois au coach. Il m’a toujours maintenu sa confiance même quand cela allait moins bien.”

Mais au moment de retrouver Genk et son ami Jordi Croux, Dennis Praet semble à nouveau prêt à s’envoler : “Ce sera un match spécial. Il ne faut pas oublier que j’ai passé huit ans de ma vie là-bas. Cela ne s’oublie pas.”

Dennis, on sent que vous avez déjà envie d’y être.

“C’est normal. Le plus important commence ! Je veux prouver que je peux retrouver mon jeu. Physiquement, j’ai eu un peu plus de mal qu’en début de saison mais ce n’est pas illogique. C’est le cas pour tous les joueurs, je crois.”

Vous estimez aussi avoir connu un creux ?

“Je n’ai pas été à mon niveau. Mais sincèrement, j’ai fait ce que j’ai pu. Il y a beaucoup de jeunes joueurs qui connaissent à un moment un passage à vide et je n’y ai pas échappé. Et puis, c’est toute l’équipe qui jouait moins bien. On arrivait plus à retrouver nos automatismes.”

Pourquoi ?

“Bonne question. Si on le savait, on ne serait pas passé par là.”

Vous avez senti la pression monter ?

“Oui. Je ne vais pas faire comme si je ne sentais pas la pression. Quand je retrouve les Espoirs en équipe nationale, je sens par exemple la différence. Mais c’est normal : les enjeux sont différents.”

Un Lucas Biglia vous aide à gérer cette pression ?

“Lucas mais les autres aussi. Tout le monde s’entraide mais c’est avant tout à moi à me débrouiller avec cela. La pression fait partie du processus d’apprentissage. Je dois passer par là.”

Dennis, votre saison est de toute façon réussie. Que pouvez-vous encore améliorer ?

“Je peux être encore plus décisif. Je le sais !”



© La Dernière Heure 2013