Herman Van Holsbeeck a sermonné Olivier Deschacht, qui ne comprend pas la sanction

envoyé spécial en Espagne Benoît Delhauteur

LA MANGA "Pourquoi acheter de nouveaux joueurs ? Ne pourrait-on pas faire confiance à la défense actuelle ?" Mercredi, Olivier Deschacht n'y est pas allé par quatre chemins, face aux médias.

Cela n'a pas du tout plu aux dirigeants anderlechtois et à Ariël Jacobs. Hier, l'entraîneur a gardé un ton calme, mais on l'a senti assez irrité par les propos de son capitaine.

"Je n'ai pas lu les journaux, mais j'en ai entendu parler au sein du groupe. D'après moi, les footballeurs doivent jouer au foot et ne pas établir la politique du club ! Je ne pense pas que leur contrat stipule qu'ils doivent s'occuper des transferts... Qu'ils jouent et qu'ils restent éloignés du reste ! Avant, on prétendait qu'on avait trop de gardiens et maintenant, ce sont les défenseurs... Je l'ai déjà dit et je le répète : moi, je veux bien un noyau de 40 joueurs. Plus la concurrence est élevée, mieux c'est."

Jacobs ne mâchait pas ses mots : "Si vous êtes journaliste, vous n'allez pas demander au rédacteur en chef de mettre deux autres collègues pour être sûr d'avoir votre place ! Alors, vous feriez peut-être mieux de faire vos valises... Pourquoi serait-ce différent dans le monde du football ?"

Débarqué la veille en Espagne, Herman Van Holsbeeck a convoqué Deschacht dans sa chambre pour un entretien personnel d'une dizaine de minutes. "Ce qui s'est dit reste entre nous", déclara ensuite le manager du Sporting. "Mais ce qui est certain, c'est qu'il ne pouvait pas tenir un tel discours. Il devra payer une amende."

Mais le capitanat d'Oli n'est nullement remis en cause. "Il a mérité d'être capitaine. Il doit simplement comprendre que cela implique des responsabilités, également en dehors du terrain. Il a le droit de donner son avis au sujet de choses à améliorer, mais certainement pas publiquement. L'incident est clos."

De son côté , Olivier Deschacht ne comprenait pas la sanction. "Je pense n'avoir rien dit de mal", nous a-t-il confié après avoir écouté notre enregistrement de l'interview. "Je n'ai jamais affirmé que la direction ne devait pas acheter de défenseur. J'ai simplement dit : 'Faites confiance à la défense actuelle'."



© La Dernière Heure 2009