Son agent et ami Fabio Baglio l’assure : “Dieu veut quitter Anderlecht
par la grande porte”

BRUXELLES Cela fait des semaines qu’Anderlecht attend avec impatience Dieumerci Mbokani. Mais comment se sent-il vraiment ? Nous l’avons demandé à son agent, Fabio Baglio, qui le fréquente quotidiennement.

Alors, Fabio, Dieu sent-il la pression ?

“La pression ? Il ne connaît pas ce mot-là. Lui, il en a vu d’autres. Des matches de playoffs, c’est le genre de rendez-vous qu’il aime bien. Il se sent vraiment bien dans la tête. Il est conscient de l’importance de ce match pour Anderlecht.”

Se sent-il obligé de rendre quelque chose à Anderlecht, après ses suspensions de trois et quatre journées ?

“Je ne vais pas prétendre qu’il se sent coupable, mais il montera sur le terrain avec une grande faim. Il est enragé.”

Jouera-t-il avec un sentiment de revanche par rapport à ceux qui l’ont puni ?

“Non, il n’est pas rancunier. Il a dit ce qu’il avait à dire après sa carte rouge à Genk : il n’est pas assez protégé par les arbitres quand il se prend des coups. Il a été sanctionné trop sévèrement. Mais cette double suspension a servi de leçon. Il ne tombera plus dans le piège des provocateurs. Il n’est plus un gamin mais un homme.”

Aimé Anthuenis se demande s’il pourra se motiver. S’il ne se dit pas : “Dans deux mois, je ne suis plus ici.”

“Anthuenis devrait réfléchir avant de dire cela. Le contraire est vrai. Dieu n’a pas encore signé où que ce soit. Pour lui, ces matches sont doublement importants. Il y aura beaucoup de clubs qui vont le suivre pendant les playoffs, et pas n’importe lesquels. C’est important qu’il se montre. L’enjeu est énorme. Il est surmotivé.”

Il n’y a donc rien de signé pour le moment ?

“Non. Certains clubs ont fait une proposition en janvier (NdlR : dont Norwich) . Ils vont revenir à la charge. Ce sera à nous de faire le bon choix. Le discours de l’entraîneur sera crucial. Mais d’abord, il se concentre sur les playoffs et sur le titre.”

Peut-il offrir ce titre à Anderlecht ?

“En tout cas, il veut quitter le Sporting par la grande porte : avec deux titres et un Soulier d’Or. La DH l’a écrit elle-même, hier : les statistiques démontrent qu’il est indispensable pour Anderlecht. Avec lui dans l’équipe, les autres joueurs auront plus le moral. Quand ce n’est pas lui qui marque, il crée des espaces pour les autres.”

Mais il n’a marqué que deux fois en 2013 : contre Waasland-Beveren et Charleroi.

“La Can ne lui a pas fait du bien. Il est rentré fatigué, et après un tel tournoi, beaucoup de joueurs connaissent un petit creux, surtout au niveau mental. Une autre explication est qu’il a reçu peu de bons ballons. J’espère que ses coéquipiers ont compris qu’ils doivent l’approvisionner. S’il avait reçu les occasions qu’Anderlecht a ratées contre Genk, les Limbourgeois n’auraient jamais gagné !”

Son dernier match date du 24 mars. Le manque de rythme de match pourrait-il le perturber ?

“En aucun cas. Laisse-le sur la touche pendant un an, et il va encore te sortir un gros match. Mbokani, c’est la force de la nature. Quand il est arrivé à Wolfsburg, il ne s’était pas entraîné à Monaco depuis un certain temps. Je me rappelle son premier entraînement en Allemagne : il avait éclaté tout le monde. En une semaine, il était à son top .”


© La Dernière Heure 2013