Landry Dimata dénonce les méthodes des agents.

Landry Dimata est sorti de sa boîte dans les colonnes de Sport/Foot Magazine pour dévoiler comment fonctionnent les agents en Belgique.

Le Standard : "La direction du Standard avait annoncé qu’il donnerait sa chance aux jeunes. Des joueurs me disaient qu’il fallait signer avec un agent bien précis pour recevoir sa chance. Tu voyais des jeunes qui avaient deux ans de moins que toi, qui signaient avec la bonne personne et qui se retrouvaient deux jours après en équipe première. C’est la première fois que je me suis dit : il y a beaucoup de choses assez sales dans le foot."

Anderlecht : "Je suis arrivé à Anderlecht avec la promesse que j’aurais le même contrat qu’à Wolfsburg mais ce n’est pas du tout le cas. C’est Didier Frenay (NdlR, son ex-agent) qui m’a fait cette promesse. Et on me masque tout, la prolongation de contrat, tous les détails. Je lui ai réclamé de l’argent bien sûr quand j’ai appris ce qu’il avait touché sur notre dos. Il a botté en touche."

Les méthodes des agents : "Ils sont prêts à tout pour avoir la confiance du joueur. Certains vont utiliser des voitures, de l’argent, même des femmes. Ils vont utiliser certaines choses pour te mettre à l’aise. Ce qui t’intéresse pourtant, c’est de jouer, mais tu peux très vite leur donner ta confiance. Les joueurs ne le font pas de manière consciente sauf qu’ils se perdent un peu dans ce monde-là, comme des enfants. Tu restes complètement sous l’emprise de certains agents."