“Fini de regarder la C1 à la télé !” (VIDEO)

Anderlecht

Benoît Delhauteur

Publié le - Mis à jour le

“Fini de regarder la C1 à la télé !” (VIDEO)
© Photonews

Mbark Boussoufa et les Mauves disputent le match le plus important de l’année…

Proto : “L’enjeu financier, on s’en moque”

Les réactions d'Ariël Jacobs et de Guillaume Gillet en vidéo

Jestrovic : “Anderlecht est le club de mon cœur, avant même l’Étoile Rouge”

­Suivez le match en live dès 20h30 sur notre site

ANDERLECHT L’heure de vérité a sonné. Anderlecht dispute ce soir un match dont l’enjeu a déjà été mille fois souligné. S’il parvient à confirmer le résultat forgé à Belgrade, le Sporting retrouvera enfin les poules de la Ligue des Champions, en même temps que ses œufs d’or : 15 millions d’euros. “C’est l’un des matches les plus importants de l’année” , observe Mbark Boussoufa. “La qualification est capitale pour les joueurs, les supporters et le club, mais aussi pour tout le football belge. J’espère que le public sera derrière nous dès la première minute de jeu. Car nous aurons bien besoin d’eux. Retrouver la Ligue des Champions est un rêve à notre portée. Je ne veux plus la regarder à la télévision, mais la vivre !”

Cela fait trois saisons de suite qu’Anderlecht échoue sur la route des étoiles : il a été éliminé par Fenerbahçe en 2007, BATE en 2008 et Lyon en 2009. “Lyon était très costaud. BATE, c’était catastrophique car cela nous a privés de football européen pour une année entière. Cette menace n’est pas présente aujour- d’hui. Pourquoi ça sera différent cette fois ? Je ne sais pas prédire l’avenir ! Mais je sais de quoi nous sommes capables. Nous l’avons déjà prouvé en Europa League et le groupe est toujours aussi motivé. Bien sûr, nous n’avons plus Jelle Van Damme : je persiste à dire que c’est une grosse perte. Mais on a les moyens d’aller en C1.”

Après le 2-2 du match aller, le Sporting se retrouve assis entre deux chaises. Quelle attitude adopter ce soir ? Attaquer ou attendre le Partizan, qui doit marquer ?

“Ça, c’est une question pour l’entraîneur ! C’est lui qui déterminera notre tactique, pas moi. C’est vrai qu’à l’aller, notre organisation avait été payante… Une chose est sûre : on a tout en main. Mais on ne prendra pas le Partizan de haut. Cette équipe reste dangereuse et va vendre chèrement sa peau.”

Et si Anderlecht échoue ? Perdra-t-il ses joueurs-clés ? “Le résultat n’influencera pas mon avenir. Je me sens bien ici” , affirme Boussoufa. De toute façon, personne au Parc Astrid ne veut penser à un scénario catastrophe. L’occasion est trop belle…



© La Dernière Heure 2010

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info