On connaissait le "Felice Time" et le "MPH Time", voilà le "RSCA Time". Cela se passe aussi en fin de rencontre mais c’est beaucoup moins positif. Depuis le début de la saison, les Bruxellois ont gaspillé 6 points dans les dernières minutes en laissant filer in extremis la victoire contre Malines (2-2), Mouscron (1-1) et Eupen (1-1) dimanche. En arrêtant les matchs à la 82e et en refaisant le classement, le Sporting passerait de la 5e à la 1re place, devançant Charleroi de justesse (même différence de buts de +10 mais plus de buts marqués pour le RSCA).

Cela peut paraître anecdotique aujourd’hui mais la donne pourrait changer d’ici au soir de la 34e et dernière journée de la phase classique mi-avril. Avec le régime post-confinement des playoffs 1, il n’y a plus que quatre tickets. Et quand on regarde les écarts de la saison passée, 6 points en plus ou en moins font une énorme différence.

Quand on sait que l’objectif du Sporting cette saison est de retrouver l’Europe, cette place dans le top 4, qui assure quasiment un ticket continental, semble indispensable. Via les playoffs 2 (les équipes classées de 5 à 8 qui se battent pour le dernier billet), ce serait directement bien plus aléatoire.

Kompany, qui insistait sur l’effort à fournir pour rester dans la même bulle de concentration de la première à la dernière minute, va devoir travailler sur les 480 ultimes secondes d’une rencontre…

© D.R.