Sels n’a pas rassuré, même Kums risque de se retrouver sur le banc.

Frank Boeckx sera déjà titulaire pour le match de dimanche à Gand. Sa tâche : rétablir l’organisation et le calme dans la défense. Matz Sels n’aura joué que quatre matchs de championnat, dans lesquels il n’a jamais rassuré.

Boeckx ne s’entraîne avec le groupe que depuis deux semaines. Il a été opéré à la fin mai d’une hernie, et son retour était prévu pour la fin du mois de septembre. Mais sa rééducation s’est bien déroulée. Il a perdu un peu de poids et se dit prêt pour jouer. "Je ne ressens plus de douleurs, et je me suis entraîné à fond avec le groupe", dit Boeckx.

Sels pourrait ne pas être le seul ex-Gantois de l’équipe championne qui se retrouve sur le banc à la Ghelamco Arena. Sven Kums n’a pas encore séduit Weiler et a été remplacé à deux reprises. Adrien Trebel, lui, s’est entraîné avec le groupe et est prêt. Des sentiments ne comptent pas pour René Weiler. Ex-club ou pas : il veut et doit gagner à Gand.

Et puis, il y a ce fameux problème en attaque. Lukasz Teodorczyk est en méforme et peut partir, Kiese Thelin est passé à côté de son match le week-end passé et Ganvoula doit encore mûrir. Weiler a de si gros soucis, qu’il a même rappelé Hamdi Harbaoui.

Harbaoui était pourtant complètement sur une voie de garage à Anderlecht. Il devait partir, et de préférence le plus vite possible. Il pouvait sporadiquement s’entraîner avec le noyau A, mais uniquement en début de semaine. Dès qu’on s’approchait du match, il était renvoyé dans le noyau B. Jusqu’à hier.

Est-ce que Harbaoui pourrait débuter à Gand ? Weiler était tellement déçu par la prestation contre Saint-Trond, que tout est possible. Mais ce serait quand même la surprise et la blague du jour.

"On s’est relâché"

Les cadres anderlechtois assument leur mauvais début de saison et veulent se reprendre

Le changement, c’est maintenant. Les Mauves n’ont pas spécialement d’autre choix. Démarrer sur un 4 sur 15 est une option qu’il faut envisager mais qu’ils refusent de prendre en considération.

Ils devront améliorer le niveau de jeu global du groupe. "Nous avons une bonne équipe et de bons joueurs. Nous devons revenir au niveau de jeu que nous avions l’an passé", résume Uros Spajic.

Sofiane Hanni veut continuer le travail dans le sens dans lequel il a été entamé. "Il ne faut pas changer la méthode. Elle a déjà fonctionné. Mais clairement, nous n’étions pas bons ces dernières semaines."

Après quatre journées, ils ont pu un peu regarder dans le rétro. Ce qui a fait dire à Sofiane Hanni que la mentalité n’y était pas. "Nous avons été victimes d’un relâchement coupable après le titre. Nous sommes tombés dans ce travers. Nous ne faisons plus les mêmes efforts que la saison passée. Ils faisaient pourtant notre force."

Leander Dendoncker appuie les arguments de son capitaine. "Notre force était de se battre l’un pour l’autre. Ça a peut-être un peu changé. Il y a des nouveaux, des départs. Il nous faut logiquement un peu de temps pour que ça prenne."

L’ambiance était lourde au soir de la défaite face à Saint-Trond. René Weiler n’a pas hésité à secouer son groupe. "Il a pris la parole", explique Leander Dendoncker. "Nous nous sommes directement parlé. En groupe. Nous en avons conclu que nous étions prêts à bosser pour retrouver notre confiance."

Ils ont également revu les buts encaissés. "Et le coach a parlé aux joueurs concernés mais aussi à tout le groupe", poursuit Dendoncker. "Herman Van Holsbeeck a, lui, parlé aux médias mais nous avons bien compris le message."