Guillaume Gillet préfère jouer dans l'axe... mais il ne se plaint pas


Suivez Standard-Anderlecht en direct dès 19h30


Les Belges à l'étranger


Gillet: "Je rêve de fêter le titre à Sclessin"


Jacobs: "Nous pouvons être aussi dangereux qu'eux!"


Dembélé: "Caractère, plus que talent"

Proto: "Anderlecht marquera"

Grégory Dufer rêve de la C1

Allaerts, abonné du clasico

La fraîcheur, facteur clé

Champion en direct sur DH.be


ANDERLECHT Qu'il soit prêt ou pas, qu'il soit sur la pelouse ou sur le banc, Guillaume Gillet a déjà hâte d'être à ce soir. Formé au FC Liège, le rival historique dans la Cité ardente , il rêve de découcher le champagne à Sclessin. "Ce sacre me ferait autant de bien que ça m'avait fait mal de voir les Rouches fêter le titre devant nous la saison dernière, confie Guillaume Gillet. Ce serait une belle revanche."

Les Liégeois ont pourtant pris l'ascendant psychologique jeudi... "S'ils pensent qu'ils vont nous manger, c'est très bien ! Si on part du principe qu'ils ont 80 % de chance d'être champions, cela pourrait jouer... à notre avantage. Pour moi, le Standard n'est pas plus fort que nous. Bien sûr, il est mieux entré dans le match que nous jeudi. Mais en seconde période, nos adversaires ont marqué sur leur seule occasion ! Si Mbokani n'avait pas mis ce but, nous aurions signé un petit hold-up. Mais ce n'est pas grave : nous savons que nous sommes capables d'aller marquer et de chercher ce résultat nécessaire à Sclessin. Si nous ouvrons le score, la situation deviendra tout à fait différente."

Anderlechtois depuis un an et demi, Guillaume Gillet va puiser dans ce passé mauve pour y trouver des matches-références. "On a déjà connu ce genre de situation. À Bordeaux, nous avions marqué le but qu'il nous fallait. À Borisov, même si nous ne nous sommes pas qualifiés, nous avions marqué à deux reprises ! Cette saison, nous avons disputé deux matches au Standard et nous avions marqué deux fois..."

Le médian espère pouvoir jouer et, pourquoi pas, inscrire le but du titre ce soir. Car cela fait un petit temps que Gillet cherche sa meilleure forme, lui qui avait pourtant été si efficace lors du premier tour. Son repositionnement sur l'aile droite n'est évidemment pas étranger à cette baisse de rendement. "Ce n'est pas frustrant de ne plus marquer aussi souvent. Mais c'est clair que cela m'a fait du bien de donner l' assist pour Boussoufa à Genk. Quand je marquais souvent, je jouais dans l'axe de l'entrejeu. J'ai toujours dit que c'était ma meilleure place. Je ne critiquerai pourtant jamais les choix de l'entraîneur : je me mets au service de l'équipe. Il me reste désormais 90 minutes à jouer... même si c'est sur l'aile droite."

Ce n'est en effet pas le bon moment pour faire le difficile...



© La Dernière Heure 2009