Anderlecht Le but de Kara marqué sur un triple hors-jeu en fin de première mi-temps a beaucoup fait parler : les Gantois étaient fâchés et les Anderlechtois… aussi.

La 38e minute de jeu risque d’encore faire beaucoup parler cette semaine. Non pas un, non pas deux mais trois Anderlechtois étaient en position hors-jeu sur l’ouverture du score. Une phase qui rappelait le but inscrit par le Standardman Dompé contre Genk en fin de phase classique.

Comme les Limbourgeois à l’époque, les Gantois étaient furieux de cette grosse bourde arbitrale. "Trois hors-jeu ? Moi, je dirais quatre ou cinq", pestait Thomas Foket. "Ce n’était quand même pas dur à voir pour le juge de ligne, d’autant qu’il avait la vue bien dégagée."

De manière surprenante, aucun Gantois n’a rouspété après ce but. Même pas de mains levées pour tenter d’influencer le juge de ligne. "Je crois qu’on manque d’expérience et qu’on aurait dû le faire", disait Foket.

Un avis que ne partageait pas son capitaine, Sven Kums. "Ce n’est pas à nous d’arbitrer quand même. Cela n’aurait rien changé si on avait tous levé la main. Soit l’arbitre le voit, soit il ne le voit pas. Et là, il aurait dû le voir."

Du côté anderlechtois, on reconnaissait l’erreur de l’arbitre mais on refusait de reconnaître l’influence que cela a pu avoir. "Donc vous allez faire un film avec ce hors-jeu. Anderlecht ne méritait pas de gagner, c’est juste grâce au hors-jeu. OK, continuez ainsi. Le fait qu’on ait eu cinq grosses occasions et eux seulement une, cela ne compte pas", s’emportait même Besnik Hasi, mêlant colère et ironie.

Ses joueurs étaient plus mesurés. "Je n’ai pas revu la phase mais si vous me dites qu’il y avait hors-jeu, je vous crois", intervenait Filip Djuricic. "Les erreurs de l’arbitre font partie du football. Souvenez-vous de notre match à l’Olympiacos (sourire)…"

"Hors-jeu ou pas, on méritait notre victoire", glissait Leander Dendoncker en guise de conclusion.