Anderlecht a montré qu’il avait de la réserve. Boussoufa et Gillet saluent la prestation de Marecek and co

La 4e journée en images

Tous les résultats

ANDERLECHT On a vu plusieurs belles choses samedi au Daknam. Comme le joli but de Kljestan ou encore un assist de Boussoufa pour Kanu alors que le Marocain était… par terre. “C’est l’une des passes décisives les plus étranges de ma carrière”, confiait-il.

Bouss, qui discutera d’une prolongation de contrat à Anderlecht en septembre, était surpris de faire partie des… titulaires samedi. “Je pensais que je serais aussi mis au repos, car je me sentais un peu fatigué. Mais j’ai vu mon nom sur le tableau. L’entraîneur sait que j’aime jouer tous les matches…”

Et Ariël Jacobs savait aussi qu’à trois jours du match capital contre le Partizan, il fallait éviter tout risque. Il a donc décidé de faire tourner son effectif, en titularisant sept joueurs qui ont moins de temps de jeu, Rnic, Bernardez, Kanu, Marecek, Kljestan, Kanu et Chavarria. Anderlecht a donc de la… réserve. “Ces garçons ont montré qu’ils étaient de bons footballeurs et qu’ils pouvaient répondre aux attentes”, constate Boussoufa. “Je citerai l’exemple de Marecek, que j’ai trouvé très bon au sein d’un onze de base efficace. Mais Kljestan et Kanu ont aussi été fantastiques, sans oublier Bernardez et Rnic… Nous aurons certainement besoin d’un noyau large et de qualité si nous voulons être compétitifs sur trois fronts cette saison. Cela nous donne aussi les moyens de varier notre jeu : Gillet a évolué à une autre place que d’habitude, mais il a été excellent.”

Le Liégeois fut en effet très convaincant à droite de l’entrejeu. “C’est toujours un plaisir de jouer là”, explique Gillet. “Mais l’important, c’est la qualité du football qu’on a produit, alors que nous étions privés de nombreux joueurs. Cela m’a même surpris ! Chavarria, par exemple, s’est beaucoup battu. Bravo à lui. Ce n’était pas difficile de trouver nos marques : à l’entraînement, le coach change beaucoup les équipes. Du coup, on se connaît tous.”

De son côté, Ariël Jacobs balaya d’un revers de main la possibilité du manque d’automatismes. Et il loua aussi la prestation de Proto et de Gillet. “Il y a deux ans, on avait déjà testé Guillaume en position plus avancée dans le couloir droit. Ce n’était pas bon. Grâce au travail produit et à l’expérience accumulée, il a livré une superbe prestation au Daknam. Chapeau !”


© La Dernière Heure 2010