Ariël Jacobs a constaté les dégâts et compté les coups...



Edito: Et le respect du public?


Deschacht: "En jouant comme ça, on sera aussi éliminé en Europa League"

Sondage: Que vous inspire la défaite d'Anderlecht?


Les images du match


ANDERLECHT Même s'il savait la tâche difficile et qu'il passe pour tout sauf être un doux rêveur, l'entraîneur du Sporting avait tablé sur une réaction d'honneur après la raclée encaissée en bordure de Rhône.

"La réalité des chiffres est là pour confirmer l'énorme différence existante entre les deux clubs" , avoua Ariël Jacobs. "Je me dois de tirer les mêmes conclusions que la semaine dernière. À Lyon, j'ai eu la très nette impression que nous avions déroulé le tapis rouge à nos hôtes. On a remis le couvert ce soir (lisez : hier). Et de plus, nous avons offert deux cadeaux sur trois des buts encaissés. En championnat, on parvient souvent à gommer ce genre d'erreurs. Sur la scène internationale, elles sont sanctionnées sans la moindre excuse."

Schollen, Sare et Gillet titulaires, Proto, Biglia et Suarez sur le banc, le mentor mauve avait fait marcher la tournante. "Ce match était l'occasion de donner du temps de jeu à des membres à part entière du noyau. Biglia doit passer une échographie car il souffre d'une contusion au mollet et risque de louper la venue du Standard. Suarez se plaint des abdominaux depuis un mois. Schollen était notre titulaire en fin de saison passée et a perdu sa place sur blessure cet été. Qui sera entre les perches dimanche soir ? À cette heure, je n'en sais rien..."

Polak a carrément touché le fond. "Raison pour laquelle il a été remplacé. J'ai eu une longue discussion avec lui mais il ne connaît pas lui-même les raisons de son passage à vide. Un transfert ? Il est conscient qu'il faut une offre pour cela et il n'y en a pas !"



© La Dernière Heure 2009