Vincent Kompany n’a pas caché sa déception après la fin de match dramatique. "Je sentais depuis cinq minutes que la peur refaisait surface. La fin de match était mauvaise et naïve de notre part. L’une des raisons pour lesquelles je suis là, c’est que je veux faire disparaître cette peur. L’erreur que nous avons commise? Il y aurait dû y avoir plus de monde dans le grand rectangle pour dégager ce très bon centre. Les joueurs qui n’étaient pas là le sentiront et s’en rendront compte. Maintenant, on peut faire deux choses: soit on pointe l’autre du doigt, soit on utilise cette phase comme apprentissage avant le match à Ostende."

Kompany a tout de même remarqué beaucoup de progression. "Au niveau du pressing, de la possession du ballon, de la conquête des deuxièmes balles, de l’intensité et de la profondeur dans le jeu. Mais j’avoue que qualitativement, nous n’étions pas à notre niveau, surtout dans le dernier geste. Malgré cela, on méritait de gagner ce match. À Malines, par exemple, on méritait de perdre. Et contre Saint-Trond, on a tremblé jusqu’au moment de marquer le troisième but."

Devant les caméras d’Eleven, Kompany déclarait avoir vu beaucoup d’occasions de but. Il nuançait ses propos à la conférence de presse. "On a eu beaucoup de situations dangereuses, pouvant mener à des buts. C’est embêtant de ne pas avoir marqué le deuxième but. Mais je suis convaincu qu’on a assez de qualité en attaque. "

Kompany s’est montré honnête dans son analyse du tacle de Trebel. "Il y avait probablement rouge, même s’il n’avait pas l’intention de blesser son adversaire. À la fin de la saison, il y a un équilibre entre les décisions ‘pour’ et ‘contre’. Vous avez vu que tout au long du match, j’ai été respectueux envers l’arbitre."


Même si ses débuts comme T1 ont été gâchés par ce but tardif, il ne regrette pas sa décision d’avoir repris le poste de Vercauteren. "C’est plus normal et tout simplement mieux d’être T1. On a plus d’emprise sur le match."