Roland Juhasz aime jouer contre Genk : “Ils savent jouer au football” , affirme le Magyar

Ce soir (20h30), Anderlecht se déplacera à la Cristal Arena pour y affronter le Racing Genk. Il y a près de cinq mois, lors de leur dernière visite, c’est dans l’enceinte limbourgeoise que les Mauves avaient abandonné leurs dernières illusions pour le sacre, lors de la septième journée des playoffs 1.

Tout à l’heure, Roland Juhasz croisera également le fer avec ses compatriotes et amis, Daniel Tözser et Laszlo Köteles. Le défenseur hongrois évoque ce duel entre les deux derniers champions en titre.

Roland, les matches au sommet s’enchaînent pour le Sporting.

“En effet, Genk est un candidat au titre. Mais il n’y a pas que les Limbourgeois qui peuvent prétendre au sacre. La compétition sera plus ouverte que les années précédentes. Bruges, Genk, Standard, La Gantoise, nous, et peut-être encore une surprise lutteront ensemble pour ceindre la couronne nationale. L’écart entre les différentes forces en présence s’est resserré.”

Quel est votre regard sur l’équipe du champion en titre ?

“Leur noyau est plus ou moins similaire à celui de l’année dernière. Des joueurs importants comme Vossen, Ogunjimi ou De Bruyne, artisans du sacre genkois, militent toujours à la Cristal Arena. Ils savent bien jouer au football. J’adore jouer contre ce genre d’adversaires. En Belgique généralement, les équipes qui affrontent Anderlecht jouent de manière très défensive. Genk, lui, jouera la visière ouverte : ils jouent à domicile. Cela peut nous donner un beau match.”

Il semblerait que vous suivez attentivement le parcours de Genk en Ligue des Champions.

“Effectivement : mes compatriotes et amis Tözser et Köteles sont de la partie. J’ai discuté avec eux avant leur match à Leverkusen. Je n’ai pas vu leur défaite, car nous étions à Moscou. J’en ai juste vu le résumé. Il n’y a pas de jalousie concernant leur présence en C1 : c’est bon pour le football belge. Nous devons nous soutenir les uns les autres sur la scène européenne, en combattant pour le coefficient. Je souhaite à Genk le meilleur, mais pas ce dimanche.” (rires)

Si votre emploi du temps le permet, irez-vous supporter vos deux amis hongrois ?

“J’irai voir leur match contre Chelsea, 1er novembre. Le calendrier me le permettra : ils joueront un mardi, et nous le jeudi, face à Sturm Graz. Dommage que Romelu ne puisse pas être de la partie. J’étais aussi au stade quand ils ont affronté le Partizan.”

Que savez-vous de leur nouvel entraîneur, le Néerlandais Mario Been ?

“Avec les Hongrois, je n’en ai pas beaucoup parlé. Il travaille sur la continuité de Franky Vercauteren, donc cela ne change pas grand-chose.”

Avec Tözser et Köteles, vous vous chambrez souvent ?

“Je leur fais toujours des blagues, mais depuis leur récent titre de champion, j’en fais beaucoup moins. Je suis devenu plus calme.”



© La Dernière Heure 2011