La nouvelle recrue d’Anderlecht veut être à 100 % avant de pouvoir commencer.

Kemar Lawrence est au RSCA et pourra bientôt jouer. "Je suis arrivé plus tard car mon passeport était plein", sourit-il. "C’est la Jamaïque, on a besoin d’un visa pour voyager. Mais tout est en règle."

Notamment son contrat de travail qui est logiquement validé. Il ne jouera pas pour autant dès ce week-end. "Je reviens d’une longue trêve de près de deux mois. Je n’ai absolument pas de rythme de match. Je bosse dur pour revenir mais sans me griller. J’espère être prêt le week-end prochain ou celui d’après."

Souriant, le nouveau latéral gauche du RSCA s’est décrit comme un guerrier qui ne lâche rien. "J’essaie d’être toujours à fond. Je fais de mon mieux pour ne rien laisser passer défensivement mais j’adore donner des assists et marquer des buts. J’ai la chance d’être assez rapide pour faire mon flanc durant tout un match. Je peux affirmer avoir une très bonne mentalité."

Son surnom ne laisse pas de place au doute. C’est en Jamaïque, dès son enfance, qu’un coach l’a affublé du sobriquet "Taxi". Et il adore.  "Il me comparait aux taxis jamaïcains. Si vous connaissez un peu le pays, vous saurez qu’ils roulent très vite !"

Ce gros travailleur se dit prêt à se mettre au service de sa nouvelle équipe. Il va vivre un gros changement culturel et footballistique qu’il aborde sans crainte. "La philosophie d’Anderlecht n’est pas si différente de celle de Red Bull. Anderlecht aime presser haut et récupérer rapidement le cuir. La différence est qu’ici on joue plus au ballon avec plus de passes. Et j’aime ce style de jeu."