Il invoque des raisons familiales, son absence n’arrange pas Kompany.

Anderlecht a repris les entraînements depuis le 15 juin. Douze jours plus tard, il n’y a toujours pas de trace de Kemar Lawrence, le Jamaïcain du Sporting. Il est absent pour des raisons familiales, mais cela n’arrange pas Vincent Kompany.

Lawrence est arrivé à Anderlecht en février, en provenance des New York Red Bulls. Le but était qu’il s’impose au poste d’arrière gauche comme Murillo (qui était venu du même club) l’avait fait à l’arrière droit. Mais il a dû se contenter de trois minutes de jeu contre Zulte Waregem, avant que la crise du corona ne mette un terme au championnat.

Il a continué à s’entraîner en toute fin de saison, et a trouvé un vol pour la Jamaïque. Murillo, par exemple, est resté en Belgique pendant les vacances. La raison de son absence n’a donc rien à voir avec un problème de vols. Anderlecht est convaincu qu’il va revenir.

Vincent Kompany est fort embêté par le fait que Lawrence ne se soit pas encore montré. Kompany veut augmenter la stabilité défensive, et il veut introduire des automatismes dans l’équipe, comme Guardiola le faisait à Manchester City. Mais sans Lawrence - qui devait devenir le numéro 1 au poste d’arrière gauche -, ce n’est pas évident. La préparation est le moment idéal pour que le Jamaïcain s’adapte au jeu du Sporting.

L’absence de Lawrence n’est pas la raison du flirt d’Anderlecht avec l’arrière gauche ukraïnien Bohdan Mykhailychenko. Les négociations avec Luhansk, le club du joueur, n’ont pas encore abouti, vu que le Sporting essaie de faire baisser le prix. Mais Kompany et Vercauteren veulent tout simplement deux joueurs par poste.