Anderlecht

"Il est bien là hein, un peu de patience, il arrive". Marie Verbeke, porte-parole d'Anderlecht, s'est sentie obligée de rassurer l'assistance qui attendait tant l'arrivée de Vincent Kompany pour sa présentation officielle. "Les vedettes se font toujours un peu attendre", précisait Marc Coucke. Une minute plus tard, Michael Verschueren et Vincent Kompany arrivaient devant la presse.

"Voilà, merci et bonjour à tout le monde. Il fait bien chaud donc on va prendre notre temps, moi je suis bien, en short": voilà les premiers mots de Vincent Kompany dans cette conférence de presse, sourire aux lèvres. "J'ai maintenant l'opportunité de franchir un pas dans ma carrière, pour travailler avec de jeunes joueurs très talentueux. J'ai souffert, la saison passée, en tant que supporter d'Anderlecht. Mais j'ai rapidement compris dans mes discussions avec Marc et Michael qu'il y avait du talent, en coulisses, pour redresser la barre. On va faire en sorte que l'équipe joue d'une manière qui représente le club, que tout le monde veut voir gagner à nouveau. Mon rôle sera de faire en sorte que tout ce monde en coulisse travaille au mieux pour que cela se passe bien sur le terrain. C'est pas le rôle le moins important, mais j'ai envie et je suis prêt".

La double casquette manager-joueur ? "L'idée est venue au fil des discussions, naturellement. Cela nous a semblé logique. J'étais en fin de contrat et je devais prendre une décision concernant mon avenir. C'est vrai que j'ai choisi l'option la plus difficileSi j'ai eu des promesses concernant le budget et les transferts ? Non, j'ai simplement eu la garantie que j'avais 45 joueurs à disposition (rires). Si je dois endosser le rôle de gilet pare-balles dans un premier temps, pour laisser au club l'opportunité de se redresser, je le ferai. On trouvera les joueurs dont on a besoin pour se relancer mais si on ne les trouve pas tout de suite, mon rôle est déjà de faire progresser le groupe actuel."

Est-ce qu'il se sent plus joueur ou plus manager, alors que la préparation de la prochaine saison a débuté ? "Je me sens à fond joueur et à fond manager. En fait, pour moi, cela ne va pas changer grand-chose. Être occupé du matin au soir, de 6h30 à 23h, c'est mon style de vie. A ce niveau-là, il ne faut pas s'inquiéter pour moi."

Son avenir avec les Diables a également été évoqué: "Comme pour le reste, cela ne change rien à ma vie. Je m'amuse quand je vais chez les Diables. Je n'ai aucune raison d'arrêter" a simplement répondu l'intéressé. Avant de préciser: "J'ai parlé avec Thierry Henry mais aussi avec d'autres footballeurs qui ont un peu plus d'expérience que moi et qui sont un jour devenus manager. Je suis parti du postulat 'Je ne connais rien'. Si j'ai proposé à des Diables rouges en difficulté dans leur club de venir se relancer à Anderlecht ? Quand je suis en équipe nationale, j'y suis pour faire gagner les Diables et je me concentre là-dessus. Donc non, pas vraiment..."

La dernière question de cette présentation à la presse fut la suivante: quel est l'objectif de la saison prochaine ? "C'est impossible pour moi de dire qu'on est là pour être deuxième ou troisième. Vous ne m'entendrez jamais dire que je ne vise pas le titre. Mais d'un autre côté, il faut respecter les autres clubs. Cinq équipes nous ont devancé la saison dernière, cela fait du monde à rattraper. Et en douze mois, ce sera compliqué."

Marc Coucke annonce la "RSCA Belfius Academy" et une augmentation du budget dédié aux jeunes !

Avant de laisser la parole à Vincent Kompany, Marc Coucke, président du RSCA, avait rappelé le slogan "in youth we trust": "Ce n'est pas seulement un slogan pour nous. A très court terme, on souhaite intégrer 50% de jeunes joueurs formés au club dans le onze de base. En tout cas au moins cinq des onze joueurs."

Le président avait également martelé que les jeunes joueurs devaient comprendre qu'il était dans leur intérêt de ne pas quitter la Belgique à 15 ou 17 ans pour rejoindre de grands clubs étrangers . "Je peux annoncer avec beaucoup de plaisir que malgré cette année difficile financièrement, sans Europe, le budget dédié aux jeunes et à l'académie va être augmenté de 20%." Pour ce faire, Belfius est devenu partenaire de la RSCA Academy... devenue "RSCA Belfius Academy". S'en est suivie une présentation officielle de cette "nouvelle" académie, ou plutôt de son écriteau "RSCA Belfius Academy", devant les nombreux journalistes présents.