Vincent Kompany a plusieurs fois dit du mot "série" qu’il était "le plus dangereux" pour son groupe. Il y a certains termes que le coach d’Anderlecht se refuse d’utiliser.

On retrouve dans sa liste noire, en plus de "série de victoires", des expressions comme "match référence" et "place en playoffs 1". Kompany explique ce bannissement linguistique par la jeunesse de son groupe et sa capacité à se déconcentrer. "Nous n‘avons pas le luxe d’être arrogants", disait-il avant la rencontre de samedi à Seraing.

Depuis le retour de l’actuel coach, Anderlecht peine à enchaîner les victoires. Seule exception : la série de début du nouvel exercice biaisée par une double confrontation extrêmement facile face aux Albanais de Laçi en Conference League.

Le manque de continuité a souvent été pointé du doigt par les observateurs. La saison passée, il a fallu attendre la fin mars pour voir les Mauves réaliser une série de quatre victoires. Elle leur avait permis de se qualifier pour les playoffs 1. Anderlecht peut, en battant Saint-Trond, aligner quatre succès de rang et arriver à Bruges plus en confiance que jamais.

En considérant la qualification aux tirs au but face à Seraing en Croky Cup comme une victoire - ce qu’elle n’est pas officiellement, mais elle est vue comme telle au RSCA -, une série de cinq matchs remportés à la suite est à la portée des Bruxellois.

Le dernier à y être parvenu est René Weiler. Il y a tout juste cinq ans, entre le 18 décembre 2016 et le 25 janvier 2017, le RSCA du Suisse a gagné cinq matchs en autant de rencontres. Il avait battu Eupen (4-0), La Gantoise (2-3), Charleroi (0-2), Saint-Trond (3-1) et Westerlo (2-4).

Au terme de cet enchaînement de victoires, Anderlecht avait repris la deuxième place et finalement remporté son dernier titre de champion en date.