Sven Kums était déçu d’avoir été remplacé si tôt : "Bien sûr que je veux tout jouer".

Après la Supercoupe, on en était déjà convaincu : Sven Kums était le nouveau patron d’Anderlecht. Dans les bureaux de Neerpede, tout le monde partageait notre avis : le Dilbeekois n’aurait pas besoin de temps d’adaptation.

Trois matchs de championnat plus tard, la conclusion est différente. Kums cherche ses marques dans le triangle avec Dendoncker et Trebel, dont personne n’est vraiment un numéro 10.

Hier, René Weiler a osé sortir Kums après 62 minutes. Sauf quand il était blessé, il n’avait jamais connu ça à Gand. Pour Weiler, le nom et le palmarès ne comptent pas. Ex-Soulier d’Or ou pas : quand on n’est pas dans le match, on vole sur le banc. Kums a serré la main de Weiler, mais son visage en disait long sur son humeur. "Si j’étais surpris ?", disait-il après sa douche. "Bien sûr que je veux tout jouer. Bien sûr que je veux aider l’équipe quand on est menés. C’est dommage, mais c’est le coach qui décide. Je dois l’accepter."

Gentleman comme toujours, Kums a confirmé qu’il cherchait ses marques. "Dendoncker, Trebel et moi sommes trois joueurs qui aiment évoluer à la même position. Moi, je joue un peu plus haut que d’habitude. Je dois donc un peu chercher. Mais je joue où le coach a besoin de moi, et je fais de mon mieux."

Tiens, en Supercoupe, Dendoncker était malade. Cela explique-t-il le bon match de Kums ?

Kums n’est toutefois pas d’accord avec ceux qui estiment qu’Anderlecht doit être prêt pour le début de la Ligue des Champions. "Nous devons être prêts pour le début du championnat de Belgique, c’est tout. Le problème, c’est la dernière passe à partir du grand rectangle adverse. On a trop peu d’occasions, et on marque donc trop peu. Charleroi a eu plus d’occasions franches que nous. La défaite est donc méritée."

Hanni : "Pas fait ce qu’il fallait"

Sofiane Hanni avait le masque. Le capitaine du RSCA n’était pas content de la prestation de son équipe lors d’une défaite qu’il considère comme méritée.

"Ce n’est jamais évident face à Charleroi. C’est une équipe qui joue dur et qui n’hésite pas à jouer des longs ballons. Nous ne l’avons pas facile face à des équipes qui ne jouent pas mais nous allons devoir nous y faire car elles seront de plus en plus nombreuses. De notre côté, nous n’avons pas fait ce qu’il fallait. Nous étions dans notre plan de jeu, oui, mais sans être dangereux."