Pour la cinquième saison de rang, Anderlecht ne disputera pas la C1 ...

Cette saison, les Anderlechtois sont habitués à prendre des coups sur la tête. Samedi soir, ce n’était pas tant le résultat qui a assommé les Mauves – Anderlecht a plutôt fait bonne figure – mais davantage les conséquences du revers…

“La joie est au Standard. Laissez-les parler” , lançait Roger Vanden Stock en passant devant les journalistes au pas de course. Herman Van Holsbeeck avait lui aussi la tête des mauvais jours…

Les dirigeants anderlechtois ont des raisons de râler : le Sporting n’avait plus terminé troisième depuis 2002. Pour le Sporting, c’est un cruel constat d’échec. Surtout après une saison où il a manqué la C1 et où il n’a brillé ni en Coupe ni en Europa League…

Ce sprint final piétiné sera lourd de conséquences : Anderlecht sait déjà qu’il ne disputera pas la Ligue des Champions la saison prochaine. Cela fera donc cinq ans de suite que les Mauves manqueront le bal des étoiles. Pour un club qui voulait raccrocher le wagon du subtop européen, cela fait plutôt mauvais genre. Même si la C2 correspond sans doute davantage au niveau actuel des Bruxellois…

Maintenant, les dirigeants vont devoir analyser cette saison en essayant de garder la tête froide, ce qui ne sera pas facile vu le flot de critiques qui risque de s’abattre lors des prochains jours sur le club.

Qu’est-ce qui a cloché cette saison ? Le sort n’a pas gâté Anderlecht au niveau des blessés mais il s’agit là de fausses excuses. Anderlecht doit remettre en question sa politique de transferts. Comme il va beaucoup dépenser cet été, il s’agit de ne pas se tromper !

On peut aussi se poser la question de l’avenir d’Ariël Jacobs. Voudra-t-il lui-même rester après cette saison manquée ? La direction reste inflexible : elle maintient, à ce jour, son soutien à son entraîneur.



© La Dernière Heure 2011