Et si le fameux agent avait été derrière cette éviction ?

Depuis le départ de René Weiler d'Anderlecht, la presse allemande se pose de plus en plus de question sur cet événement. Le très sérieux journal allemand Nordbayern a même mis en cause Mogi Bayat dans l'éviction du coach suisse. "René Weiler a été la victime des relations professionnelles auxquelles il faisait obstacle", raconte le quotidien, qui rappelle que le Suisse n'appréciait pas spécialement la présence de l'agent dans les travées du Parc Astrid, dont il se méfiait comme la peste. 

Pour rappel, Mogi Bayat est l'homme qui a conclu les transferts d'Henry Onyekuru et de Sven Kums à Anderlecht cet été. Le fait que ce dernier ne rentrait pas dans les plans de Weiler ne plaisait pas à Bayat (qui entretient d'excellentes relations avec les dirigeants bruxellois).

Seulement, Nordbayern ne s'arrête pas là. Le média parle même d'une coalition anti-Weiler entre le club, Bayat et certains médias. "Notre rédaction a même reçu plusieurs coups de fil nous demandant de discréditer son travail effectué à Nuremberg (son club avant Anderlecht)."

Pour rappel, le flou est toujours de mise quant au départ de Weiler. Selon Anderlecht, René Weiler aurait lui-même décidé de quitter le RSCA après avoir été pris à partie par les supporters à Courtrai. Pour le coach adjoint de Weiler, David Sesa, Weiler a été licencié par son ancien employeur. "Il a connu des succès et l'équipe était encore derrière lui. Avez-vous vu le match à Munich, à dix? Nous n'avons pas perdu les trois derniers matches de championnat. Non, Weiler a été limogé", a expliqué Sesa à la RTBF quelques jours après la fin de l'histoire entre Weiler et Anderlecht. Sans oublier que son successeur, Hein Vanhaezebrouck, fait aussi partie de l'écurie de Mogi Bayat.