Tout est remplacé : le nouveau chauffage doit permettre d’économiser 50 000 euros par an.

En toute discrétion, Anderlecht est en train de refaire son terrain. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un simple remplacement des rouleaux d’herbe par des nouveaux. Tout est rasé jusqu’à une profondeur considérable, y compris le drainage et le chauffage. Le nouveau système est ultra-moderne et coûte plus d’un million.

Anderlecht doit surveiller chaque dépense en cette période de crise économique, mais n’a pas modifié ses projets concernant les gros travaux à la surface de jeu. Depuis 2011, les tapis ont été remplacés sept fois, à chaque fois pour un coût de 100 000 euros. Mais le vrai problème ne pouvait être résolu qu’en changeant tout.

Le chauffage électrique (défectueux) a été remplacé par un chauffage à eau chaude, qui devrait permettre d’économiser 50 000 euros par an. Le terrain, lui, est un mix de vrai gazon et de fibres synthétiques. Les fibres sont comparables à de grandes aiguilles de 20 centimètres, qui injectent les bobines de synthétique dans le sol. Les racines de vrai gazon s’enroulent autour du synthétique, qui évite qu’il y ait des trous dans le terrain quand des joueurs taclent. Les meilleurs terrains d’Angleterre suivent ce principe. La surface sera un vrai billard et l’entretien sera beaucoup plus facile.

Autre travail qui se fera pendant l’entre-saison : le pire terrain des jeunes à l’ancienne académie de Neerpede sera remplacé par un nouveau synthétique. Après chaque averse, l’ancien terrain d’herbe devenait un marécage.