Ariël Jacobs dresse un bilan positif du stage, à deux semaines de l’échéance européenne

Mazuch bientôt de retour, optimisme pour Lukaku

envoyé spécial en Autriche Vincent Lothaire

VIENNE Samedi, contre le Rapid, Anderlecht a balayé les quelques inquiétudes qui auraient pu naître de son revers contre le CFR Cluj, trois jours plus tôt. Bien sûr, le résultat peut encore apparaître anecdotique à ce stade de la saison. Comme face aux Roumains, Ariël Jacobs avait d’ailleurs décidé de faire tourner son effectif pour que plus ou moins chacun ait une heure et demie dans les jambes sur l’ensemble des deux matches.

“À part l’un ou l’autre joueur blessé, nous avons respecté le schéma établi. Dans ce contexte-là , j’aurais signé, avant ce stage, au niveau de ces deux matches” , commentait, décontracté, le coach anderlechtois.

C’est une étape, qui était étudiée à l’avance. Pour le tournoi à Cologne, l’objectif sera cette fois que mes joueurs tiennent une heure et demie, même si ce ne sera pas systématiquement en deux groupes. Nous serons alors à une semaine de la Supercoupe et à deux semaines du 3e tour préliminaire de la C1. Nous serons alors dans les temps.

Mais le Diegemois s’attachait également à la manière. “Nous sommes passés sans beaucoup de transition d’adversaires de divisions inférieures à des équipes plus costaudes, poursuit notre interlocuteur. Nous avons dû nous adapter. Je trouve que par moments, nous avons déjà pratiqué du bon football. Notamment, dans le dernier quart d’heure de la 1re mi-temps contre le Rapid, j’ai vu une bonne circulation de balle.

Depuis l’entame de la préparation, l’Américain Sacha Kljestan a semblé avoir déjà trouvé ses marques. Quant à Pablo Chavarria, son rôle dans le but décisif de Thomas Chatelle contre le Rapid pourrait lui insuffler la confiance nécessaire.

Je préfère ne pas faire d’évaluation publiquement. Mais je trouve que l’intégration des nouveaux se passe bien, très bien même. Il ne faut pas oublier qu’aucun d’entre eux ne maîtrisait une de nos deux langues. Mais chacun a sa propre filière, par laquelle il s’intègre plus facilement.

Enfin, Ariël Jacobs ne s’est pas prononcé sur le défenseur espagnol actuellement en test, Aridane Hornero.

Mais, sur ce qu’il a eu l’occasion de montrer jusqu’ici (une demi-heure contre Cluj quand la défense mauve battait la campagne), pas sûr que l’essai s’avère concluant.



© La Dernière Heure 2010