Le Néerlandais ne semble pas craindre un retour de Juhasz ou de Wasilweski


ANDERLECHT Il lui fallait sans doute repasser par les Pays-Bas et l’équipe nationale espoirs pour se défaire du traumatisme du Standard. Car, en sortant de Liège et de son terrain miné, Bram Nuytinck était passé pour l’un des joueurs les plus impressionnés : “Franchement, je n’ai même plus envie d’en parler. Je n’avais jamais vu quelque chose d’aussi extrême dans ma vie.

C’était tout sauf un match de foot. Même en rentrant au pays, des gens m’en ont parlé. Sergio Padt avec qui j’étais en équipe nationale m’a posé des questions mais qu’est-ce qu’on peut encore dire ? Il faut juste avancer. Je ne connais pas bien l’équipe de Waasland, mais on ne peut plus perdre de points en chemin. On doit gagner.”

Et si certains pensaient que la défaite contre le Standard avait pu marquer les esprits, l’ambiance des derniers entraînements anderlechtois laissait penser que l’affaire était désormais enterrée : “J’ai juste repensé aux derbys entre Nimègue et Vitesse mais à côté de ce que j’ai vu, c’est de la plaisanterie. Je ne veux pas me réfugier derrière pour expliquer le mauvais match que j’ai fait mais je dois tout de même avouer que c’était une première pour moi”

De cette mésaventure , chacun sait pourtant au Parc Astrid que Bram Nuytinck n’en paiera pas les frais. Car en dépit des prestations internationales de Wasilewski, Safari et surtout de Juhasz, l’ancien défenseur de Nimègue continue à juste titre de bénéficier d’un crédit privilégié : “Je ne m’occupe pas des autres. S’ils jouent bien tant mieux mais je crois que si je fais des bons matchs, je ne sortirai pas de cette équipe. Tout le monde sait le rôle que John van den Brom a joué dans ma venue ici. C’est en partie pour lui que j’ai débarqué à Anderlecht. Jusqu’à présent, j’ai joué des matchs corrects mais le vrai Nuytinck doit encore arriver. van den Brom discute souvent avec moi en me disant de monter jusqu’au milieu de jeu, de participer à la construction. C’est ce que je vais faire mais je n’ai surtout pas besoin de repos.

Un message que John van den Brom aura aisément capté. Et qu’un Louis Van Gaal, attentif aux prestations de Nuytinck, ne devrait pas non plus rater…

© La Dernière Heure 2012