Le bouillonnant Ramzan Kadyrov ne semble pas effrayer Jonathan...

ANDERLECHT Le premier flirt de Jona avec un club russe date de janvier 2008 . Le Dinamo Moscou avait fait une offre de quatre millions d’euros.

“Je suis favorable à un départ” , avait expliqué Legear durant les négociations. “Quand on vous fait une telle offre, évidemment, elle vous fait réfléchir ! Mon salaire dépassera allégrement le million : cela représente beaucoup d’argent.”

Mais les deux clubs ne s’étaient finalement pas mis d’accord et le Liégeois avait prolongé au Sporting.

En mars 2011 , alors que Boussoufa était en instance de départ vers Grozny, Jona avait confié qu’il comprenait le choix du Marocain.

“Qui ne le comprendrait pas ? Avec de tels chiffres, sur 100 personnes, pas une ne refuse ! Ce club a visiblement des ambitions et des moyens : il veut attirer des grands noms, des joueurs qui comptent 250 sélections en équipe nationale. Le Terek veut même gagner un jour la Ligue des Champions…”

Deux mois plus tard, l’intérêt de Grozny pour Legear est devenu concret. À la reprise des entraînements, en juin dernier , l’ailier ne se montrait pourtant pas très chaud.

“Les portes sont ouvertes pour tout le monde, mais je privilégie certains endroits à d’autres. La Russie fait partie de mes derniers choix.”

Le dernier choix est devenu le premier...



© La Dernière Heure 2011