Pour assister à du spectacle à Sclessin, on a dû attendre 21 h 30, quand Lior Refaelov et Wesley Hoedt se sont présentés à la conférence de presse. C’est le Néerlandais qui a donné l’assist à l’Israélien. "Je ne comprends pas pourquoi le Standard n’a pas arrosé le terrain. Il était sec comme tout. Mais bon, ce n’est pas une excuse."

Puis, c’était au tour de l’auteur du seul but du match de se lâcher à ce sujet. La question qui lui avait été posée était la suivante : "Pourquoi est-ce que le Sporting, malgré toutes ses capacités techniques, a commis tellement d’imprécisions ?"

Refaelov : "J’en ai parlé avec Leye à la mi-temps et je me suis excusé après le match pour ma réaction émotionnelle. Mais c’est vraiment regrettable que le Standard, avec une telle ambiance, peut-être la meilleure en Belgique, un stade comble avec 30 000 personnes, ne met pas d’eau sur le terrain pour casser le rythme du match. Je sais qu’ils font tout pour gagner, mais de là à saboter le match de cette façon… Je ne comprends pas ça. S’ils avaient fait ça à la mi-temps, quand ils étaient à dix contre onze… Mais ne pas arroser le terrain avant le match, alors que les gens veulent voir du beau football... Laissez les meilleurs joueurs s’affronter dans les meilleures conditions possibles ! On a joué à 18 h 30, pas à 13 h 30. L’herbe était vraiment sèche à cause du soleil de l’après-midi."

Quand on a demandé à Rafa s’il était sûr qu’il se soit agi d’une tactique volontaire de la part du Standard, il en a rajouté une couche. "Je ne vois pas d’autre explication. C’était impossible de jouer en un temps. Il fallait se concentrer sur chaque contrôle de balle. Sur une passe en profondeur, le ballon sautillait comme un lapin."

Avec sa comparaison, Rafa a bien fait rire son audience, y compris Hoedt, qui a enchaîné. "Il n’y a pas de règles en Belgique comme quoi il faut arroser le terrain ? En Premier League, c’est obligatoire. Mais bon, finalement, on a gagné."

En quittant la salle de presse, Hoedt n’en revenait toujours pas que Rafa ait osé faire la comparaison avec le lapin.

Hélas !, les Standardmen avaient déjà donné leur conférence de presse et ne pouvaient donc pas réagir officiellement à l’accusation de Rafa. Mais il est clair qu’ils ne partageront pas sa version…