Pour recruter, il faudra vendre. C’est la triste réalité d’Anderlecht à l’heure actuelle. Les finances du club vont mal et elles auront du mal à aller en s’améliorant.

Le mercato sortant a déjà été lancé. Les surnuméraires ne feront qu’alléger la masse salariale, mais ne permettront pas d’engendrer des rentrées. Anderlecht doit vendre au moins un joueur bankable. Elias Cobbaut est en tête de gondole. Le défenseur est jeune et sort d’une bonne fin d’année qui l’a vu obtenir sa première sélection chez les Diables rouges, une équipe qui a de la valeur aux yeux des clubs.

Il a également l’avantage d’être gaucher et capable de jouer à bon niveau en tant que défenseur central. Un profil de plus en plus rare qui a poussé Roberto Martinez à le sélectionner et à carrément le comparer à Vertonghen et Vermaelen.

Sa valeur marchande a augmenté. Une offre qui contente toutes les parties pourrait le faire partir dès janvier. L’Atalanta Bergame et Sheffield United le suivent. Alexis Saelemaekers et Francis Amuzu font également partie de cette liste de joueurs pour qui le RSCA est à l’écoute en cas de proposition alléchante.

Michael Verschueren et Marc Coucke sont arrivés à Pinatar ce mercredi soir et auront du pain sur la planche en cette fin de semaine. S’ils veulent vendre avant d’acheter, les dirigeants du RSCA planchent déjà sur les dossiers entrants.

Deux postes sont prioritaires : un 9 et un back gauche. Ce dernier ne sera pas Yohan Boli de Saint-Trond. L’attaquant a choisi de signer à Al Rayyan, au Qatar. Anderlecht jugeait le prix du joueur (2 millions) et les commissions à verser aux intermédiaires trop élevés.

Preuve que l’aspect financier primera pendant ce mercato. À moins d’une occasion en or, Anderlecht ne fera pas de folie. Michael Verschueren veut d’ailleurs éviter de dépenser de l’argent pour de nouveaux joueurs. Les prêts sont privilégiés. Encore plus si les frais sont minimes voire nuls. Il pourrait également se pencher sur des joueurs libres ou qui peuvent s’en aller gratuitement.