Roger Vanden Stock aimerait donner une fonction officielle à l’ancien boss du Standard

BRUXELLES Ce serait le transfert de l’année, voire de la décennie. Lucien D’Onofrio, l’homme qui a refait du Standard un grand club belge, passerait à Anderlecht, l’ennemi héréditaire des Liégeois.

Incroyable ? Totalement dingue ? Pas tant que ça finalement. Lucien D’Onofrio avait déjà un peu collaboré avec la direction du Sporting cet été quand Milan Jovanovic puis Dieumerci Mbokani, la doublette offensive qui avait fait tant de mal aux Bruxellois à la fin des années 2000, avaient paraphé un contrat à Anderlecht.

Les deux attaquants avaient conservé un lien très fort avec leur ancien patron à qui ils devaient leur passage lucratif à Liverpool pour le Serbe et à Monaco pour le Congolais.

Lors de ces (longues) négociations, Roger Vanden Stock et Lucien D’Onofrio ont profité de l’occasion pour vraiment enterrer la hache de guerre.

Les deux hommes, sans doute les plus puissants du football belge, ont beaucoup discuté. Le président d’Anderlecht a, entre autres, confié à l’ancien vice-président du Standard qu’il avait un rêve : remporter une Coupe d’Europe avec son Sporting. Comme Constant, son papa. Pas la Ligue des Champions évidemment mais l’Europa League.

Un rêve qui n’a rien d’irréaliste quand on consulte le palmarès de ces dernières années en C2 (Porto, Atletico Madrid, Zenit Saint-Pétersbourg ...).

Pas irréaliste mais compliqué quand même. Roger Vanden Stock sait qu’Anderlecht, occupé à progresser avec l’inauguration du centre d’entraînement de Neerpede et le projet d’agrandissement du stade, aurait besoin d’un coup de main pour passer un cap supplémentaire sur la scène continentale.

Lucien D’onofrio et son réseau footballistique tentaculaire pourraient aider fortement. D’autant que l’Italo-Belge faisait exactement le même rêve européen quand il était à la tête du Standard.

Malin et expérimenté, Lucien D’Onofrio est aussi conscient qu’Anderlecht, de par sa situation de club de la capitale soutenu par un grand groupe comme BNP Paribas, pourrait lui permettre d’accéder au Graal un peu plus facilement que depuis les bords de la Meuse.

L’ancien homme fort du Standard est donc prêt à travailler avec Anderlecht. Il a envie de retrouver la structure d’un club.

La rumeur circule d’ailleurs qu’il aurait été approché par un autre club du Royaume. Sans doute le FC Bruges vu ses relations tendues avec Genk, Gand et, bien entendu, le Standard. Un club à qui il ne fera plus de cadeau...

Il ne reste finalement plus qu’à définir le rôle exact de Lucien D’Onofrio à Anderlecht. Roger Vanden Stock aimerait lui donner une fonction officielle dans l’organigramme, mais est conscient qu’il est peut-être encore un peu tôt. Cela dit, il sera très compliqué de lui enlever ce projet de la tête...

© La Dernière Heure 2011