L’Ukrainien espère recevoir du temps de jeu pour avoir une chance d’aller à l’Euro.

Anderlecht n’a pas que le quintet Kompany - Chadli - Verschaeren - Cobbaut - Van Crombrugge comme représentants potentiels à l’Euro. Il y a aussi l’Ukrainien Evgeni Makarenko, ex-joueur de Courtrai, l’adversaire de ce dimanche. Son pays a terminé en tête de la poule avec le Portugal de Ronaldo et la Serbie de Mitrovic. Le médian d’Anderlecht rêve d’une place dans la sélection du coach emblématique Chevchenko.

Seulement, Makarenko vient de très loin. En 2019, il n’a pas encore joué le moindre match officiel. Son dernier match date du 2 décembre 2018 contre Genk (0-2). Mais depuis quelques semaines, on le revoit aux entraînements de Frankie Vercauteren. Et il a participé à deux matchs amicaux à huis clos : contre l’Union et à Ostende.

Que s’est-il passé entre-temps ? Makarenko a souffert d’une blessure au pied. Au début de la saison passée, il avait déjà cette blessure. Mais il a joué avec des antidouleurs, jusqu’au moment où il n’en pouvait plus. Après un traitement de plusieurs mois, il était prêt à la fin avril. Il comptait jouer à Bruges (1-0), mais Karim Belhocine a préféré Edo Kayembe aux côtés de Sven Kums.

Après une nouvelle rechute, Makarenko a été opéré par le docteur Declercq en mai, une intervention qu’il aurait déjà dû subir depuis longtemps. Après quatre mois de rééducation, il ne lui manque plus que du rythme de match pour être le Makarenko de Courtrai.

Mais est-ce qu’il recevra encore sa chance ? Vu que sa situation n’est pas connue auprès du grand public, il est considéré comme un transfert raté. Et si un club se présente au mercato d’hiver, il peut partir, comme la majorité des autres joueurs. Une chose est sûre : s’il veut convaincre le coach fédéral d’Ukraine, il faudra qu’il joue. Que ce soit à Anderlecht ou ailleurs.