Wesley Hoedt ne veut pas parler de problème de mentalité. Anderlecht a pourtant parfois tremblé face au Standard malgré la supériorité numérique.

"Nous n’avons pas reculé mais nous n’avons pas bien joué", dit le Néerlandais. "Notre début de match était… OK. Pas top, mais OK."

Un manque d’enthousiasme qu’on comprend et qu’on impute aux occasions du Standard en fin de match. "Le Standard n’a jamais rien lâché mais nous n’avons jamais été vraiment mis en danger. Leur motivation n’est pas une excuse car nous avions beaucoup de choses à corriger. Notamment notre efficacité devant le but. Nous devons rester positifs mais nous devions faire bien mieux."

Il accepte d’ailleurs les critiques malgré un 6 sur 6 avec un carton contre Malines et une victoire à Sclessin dans le Clasico. "Je les comprends. Nous n’étions pas bons en première mi-temps contre Malines. On doit être très critiques. Nous avons réussi à gagner mais il reste certains points d’interrogation dans notre jeu."

Même son de cloche chez Lior Refaelov, qui veut que "les plus anciens soient les plus autocritiques".

Le plus critique était justement le capitaine. Si Hendrik Van Crombrugge a célébré ("comme l’a dit le coach, il faut profiter des beaux moments, surtout après le Covid"), il est rapidement revenu les pieds sur terre au moment d’analyser la rencontre : "Si je dois être honnête, nous devons nous satisfaire du résultat. Car il n’y a aucun autre élément satisfaisant. Le jeu n’était pas bon. Même face à neuf adversaires, nous n’avons pas pu créer ou jouer notre jeu. Ne soyons pas euphoriques après ce match."