Biglia et surtout Gillet ont amélioré le pourcentage, qui était le plus mauvais de D1

ANDERLECHT Anderlecht a battu le Standard grâce à deux phases arrêtées. Il était grand temps. Jusqu’à la journée précédente, le Sporting n’avait marqué que 22,4 % de ses buts sur coup franc, corner ou penalty.

Anderlecht était le plus mauvais élève de toute la D1 dans ce domaine. Le numéro 1 est… le Beerschot, avec 52,9 % des buts inscrit sur phase arrêtée. Le doublé de Guillaume Gillet contre le Standard a légèrement amélioré le bulletin des Mauves .

Désormais, Anderlecht marque 24,4 % de ses buts sur phases arrêtées. Cela lui vaut la 14e place sur 16 en D1. C’est moins qu’un quart de ses buts, ce qui est moins que la moyenne en D1 (36,7 %). À noter également que le Sporting n’a pas réussi un seul but sur coup franc direct.

Le pourcentage actuel est largement inférieur à celui de la saison passée. Sous Ariël Jacobs, Anderlecht avait inscrit 32,5 % de ses buts sur phase arrêtée. C’est 8,1 % de plus. Mais Anderlecht avait inscrit beaucoup moins de buts de plein jeu : 52 contre 59 maintenant, alors que les trois dernières journées doivent encore se jouer.

Comment expliquer le manque de réussite sur phase arrêtée, en comparaison à la saison passée ? “Lucas Biglia a retrouvé son bon coup de patte” , disait Guillaume Gillet après son but de dimanche.

Pourtant, cette saison, Biglia avait raté beaucoup plus de corners et de coups francs que la saison passée. Autre constatation : Nuytinck n’est pas (encore) aussi efficace que Juhasz. Et Wasilewski – également une bête devant le but adverse – a beaucoup moins joué. Finalement, inutile de répéter que les 10 penalties ratés en championnat (un a été converti en deux temps) n’ont pas fait du bien au pourcentage. Mais à ce sujet aussi, Gillet a mis les points sur les i ...



© La Dernière Heure 2013