L'attaquant des Mauves confie qu'il va tous les dimanches à la messe et que sa Bentley, il l'a rachetée à Luciano d’Onofrio

ANDERLECHT Dans une interview à Humo, Dieumerci Mbokani – assisté par son épouse Marlène – a parlé à cœur ouvert du décès de leur bébé, de sa voiture, du Standard, de Monaco, de Wolfsbourg et d’Anderlecht. Voici les meilleurs passages.

-“Ma Bentley, je l’ai achetée à Luciano d’Onofrio l’année passée.”

-“Le décès de notre petit David, j’essaie de l’oublier pendant quelques heures en jouant au football, et en travaillant plus dur que jamais. Son décès, c’est le souhait de Dieu. Il faut accepter le destin. La Bible nous donne de la force. Je prie même dans le vestiaire, et chaque dimanche, on va à la messe à 11 heures. [...] Tout le club nous a soutenus de façon formidable. Voir mes coéquipiers avec les larmes aux yeux à l’enterrement, je n’oublierai jamais cela.”

-“Wolfsbourg me soutenait aussi après la naissance très précoce de notre David, mais pas l’entraîneur, Felix Magath. Mon fils était dans une couveuse, mais Magath déclarait dans les journaux : ‘Je ne sais rien faire avec Mbokani, il est plus préoccupé par des futilités.’ Mais je suis parti, et entre-temps, ça ne tourne toujours pas à Wolfsbourg (NdlR : qui est 12e). La même chose vaut d’ailleurs pour Monaco (NdlR : qui est dernier en D2). Après cette mésaventure, je ne voulais plus être prêté. Bölöni a essayé de m’avoir, mais le PAOK voulait seulement me louer. Si un club anglais m’avait acheté, je jouerais en Premier League.”

-“L’année passée, Jovanovic a appelé mon manager pour qu’il me convainque de signer à Liverpool. Mais j’avais déjà passé des tests médicaux à Monaco. Dans des petits matches, Jova et moi étions égoïstes. Mais dans des matches au sommet, on était un superbe duo.”

-“Lors de ma première période à Anderlecht, j’étais souvent trop tard. J’avais 19 ans. J’étais tout seul dans mon appartement, c’était très difficile de m’adapter. Maintenant, je suis plus âgé, j’ai appris de mes erreurs de jeunesse. [...] Même quand Frutos et Tchite étaient blessés, je ne jouais pas, malgré tous mes buts en réserves. Vercauteren ne donnait pas de chance aux jeunes. C’est ainsi qu’Anderlecht a aussi perdu Vadis, Tioté et Lamah.”

-“Au début, Preud’homme ne me parlait pas non plus au Standard. J’étais tellement fâché sur lui que je suis venu exprès trop tard à l’entraînement, pour l’énerver. J’ai eu un seul autre conflit avec lui, quand il voulait faire une tournante avec Jova, De Camargo et moi. Je lui ai dit : ‘Si tu fais ça, je pars.’ C’est moi qui marquais, c’est moi qui devais jouer.”

-“Aujourd’hui, Anderlecht a une meilleure équipe que celle des Frutos, Hassan, Tchite et Boussoufa. On est plus jeune, et il y a plus de combinaisons. Quand je serai à 100 % de ma forme et que Vargas jouera, on sera encore plus fort.”

© La Dernière Heure 2011