Leurs histoires se ressemblent. Michel Vlap et Nany Dimata étaient dans le creux. Tout au fond. Le match Anderlecht-Charleroi les a vus sortir la tête du trou. Des trajectoires similaires pour un résultat différent : un but pour le Néerlandais, un assist pour le Belge.

Le visage trop souvent fermé du Néerlandais s’est rouvert pour afficher le sourire qui le rendait, à son arrivée, si sympathique auprès des supporters.

"Je me sens libéré par ce but. C’est très beau de la part de Lukas (Nmecha) de m’avoir laissé botter ce penalty. Pourquoi il m’a donné le ballon ? Je crois que mon tir partait bien quand Dessoleil a commis la faute du bras. Lukas savait que j’aimerais bien le botter. Il a voulu me récompenser pour mon travail."

Il y a deux semaines, il a été renvoyé dans le noyau B pour un week-end. Il est désormais titulaire en tant que numéro 10. "Le foot, ce sont des émotions. Et cela peut aller très vite dans les deux sens. J’ai encore des choses à régler. J’ai mis tout ce que j’avais, j’ai montré que j’étais là."

Des rumeurs ont évoqué un départ possible du Néerlandais dès cet hiver. Il y répond : "Mon intention est de rester à Anderlecht".

Le discours de Nany Dimata au sujet de son avenir proche n’est pas le même. "Ce qui compte, c’est de jouer. S’il n’y a pas la possibilité de le faire ici, il faudra trouver une solution."

Il a rassuré quant à l’état de son genou et a affirmé qu’il était soulagé d’avoir pu rajouter une ligne à ses statistiques après avoir été longtemps mis de côté.

"Ma blessure est derrière moi, tout cela. La période que je viens de traverser n’a rien à voir avec cela mais elle n’a pas été simple à vivre. Je n’ai pas l’habitude de cela (NdlR : ne pas jouer alors qu’il n’est pas blessé). Je garde la tête haute et je saisis les moments qu’on m’offre, comme je l’ai prouvé face à Charleroi."