Ariël Jacobs incite ses joueurs à se focaliser sur leur tâche, pas sur les paramètres extérieurs

ANDERLECHT À l’inverse de la saison dernière, on ne peut pas écrire que les playoffs réussissent réellement aux Mauves . Que du contraire, même si la victoire contre Genk et la bonne prestation lors de la dernière heure de jeu à Gand mercredi soir ont tendance à inverser cette tendance.

Sur le plan comptable, on est loin du compte à cause de la fameuse règle établie. “Cessons de remettre cela sur la table” , souhaite Ariël Jacobs. “Je n’ai aucune envie de dépenser de l’énergie, pas plus que mes joueurs d’ailleurs, à souligner l’injustice du système. Tout au plus, je déplore qu’on divise les points en deux et qu’on efface les goals mais pas les avertissements. Enfin, partir en croisade contre des moulins à vent n’a jamais rien rapporté à personne.”

L’entraîneur du Sporting n’a pas tort, d’autant qu’il a suffisamment de sujets de réflexion, d’abord pour composer son équipe mais également pour faire tourner un vent défavorable depuis 2011. Le Sporting s’exporte en effet très mal : 0-0 à Malines, 2-0 à Westerlo, 2-0 à l’Ajax, 1-1 à Eupen, 3-0 au Club Brugeois et 1-1 à La Gantoise. Et dire qu’un déplacement au Daknam est au menu de ce dimanche pascal…

“Les Waeslandiens ont largement mérité de se glisser dans les playoffs avec les cinq grands traditionnels. Ils sont maintenant distancés, ce qui leur permettra de jouer de façon libérée et les rendra donc plus dangereux encore puisqu’ils n’ont strictement rien à perdre. Et puis, cela reste un adversaire difficile à manœuvrer. L’équipe de Peter Maes l’a démontrée depuis le début des playoffs, même mercredi soir au Standard où elle joua franc jeu en infériorité numérique !”



© La Dernière Heure 2011