Anderlecht

Le parquet fédéral propose une sanction de 4 000 euros pour des chants discriminatoires lors du match contre Bruges.

Quelques jours après le match arrêté au Standard, qui va coûter un os à Anderlecht, le Sporting est poursuivi pour d’autres faits commis par ses supporters. Le parquet fédéral de l’Union belge propose une amende de 4 000 euros parce que ses supporters ont entonné des chants discriminatoires lors du match du 4 avril contre Bruges (2-3).

En effet, ils ont chanté "Hij is een hoer van FCB" (Il est une pute de Bruges) quand l’arbitre Bram Van Driessche a pris une décision litigieuse en faveur des visiteurs. Et au moment où Anderlecht revenait dans le match, le stade a scandé : "Alle boeren zijn homo’s" (Tous les paysans sont des homosexuels).

Anderlecht n’accepte pas la sanction. L’affaire passera donc devant la Commission des Litiges, où le Sporting pourra se défendre.

Les chants existent depuis la nuit des temps quand Anderlecht affrontait Bruges. Mais dans le passé, les paroles étaient considérées comme faisant partie de la rivalité entre les deux clubs. Or, suite à des chants antisémites des supporters de Bruges lors d’un match contre Anderlecht en août 2018, la Pro League a approuvé un renforcement des règles fédérales concernant le racisme et les chants des supporters, "qui découlera sur une poursuite plus sévère des faits".

Dans ce même match du 4 avril, les supporters de Bruges ont à nouveau crié "Joden !" (Juifs) en visant les Anderlechtois. En principe, Bruges sera aussi poursuivi, mais nous n’avons pas confirmation de la décision du parquet fédéral.