Bram Nuytinck n’en revenait pas des deux situations de but.

La communication ? Le système ? La fatigue ? Le manque de confiance ? Bram Nuytinck réfutait toutes les théories pour expliquer le laxisme défensif anderlechtois sur les deux buts.

"Et sur d’autres phases, car ils ont eu plusieurs énormes actions avec des hommes seuls dans le rectangle. Je ne saisis pas comment et pourquoi. Ce n’est pas possible. On a pour consigne de suivre notre homme, c’est tout."

Bram Nuytinck l’affirme : les Mauves étaient, contrairement aux apparences, venus pour l’emporter. Invaincus à l’extérieur, ils étaient même en confiance selon le défenseur central. "Mais au final, on vit un off-day collectif", balance-t-il. "Ce n’était pas bon, nous n’étions pas bons ! On a peu créé, nous étions trop courts. Dans un tel match, nous savions pourtant que nous ne pouvions rien leur donner. Prenez la gestion de leurs infiltrations de la seconde ligne : elle n’était pas bonne alors que nous savions que Youri (Tielemans) et Leander (Dendoncker) allaient parfois se retrouver en situation d’infériorité numérique."

Ce n’est donc, selon lui, ni dans la tête ni dans le cœur que se situe le problème. "Footballistiquement nous n’y étions pas. La fatigue ou le système ne sont pas des raisons de notre échec. Nous n’avons gagné que trois de nos sept derniers matches et nous devons prendre les trois points mercredi contre Malines."