Dans une interview à un journal bosnien, Ognjen Vranjes a dévoilé pourquoi il ne faisait pas partie de la sélection d’Anderlecht pour le match à Zagreb. 

Selon lui, la police belge le lui a interdit. Cette version n’est pas entièrement correcte. En fait, c’est la police croate qui a fait savoir au point national de la police belge que Vranjes risquait des problèmes s’il venait en Croatie. La raison est connue : il a un tatouage sur le bras d’un leader fasciste serbe de la Deuxième Guerre mondiale. 

Dans cette même interview, Vranjes (ex-AEK) a déclaré que la Grèce lui manque. Il peut quitter Anderlecht cet hiver, mais Anderlecht ne le lâchera pas pour rien.