L’arbitre Brinckman s’est excusé auprès de Boussoufa pour sa carte rouge (annulée)

BRUGES Jürgen Brinckman (36 ans) a connu la pire mésaventure qui puisse arriver à un arbitre, dimanche soir à Malines.

En tant que remplaçant de Frederik Geldhof, qui s’était blessé juste avant la mi-temps, il a montré la carte rouge à Mbark Boussoufa.

Alors que le Soulier d’Or ne s’était pas pris de bristol jaune auparavant, et avait tout simplement dégagé un ballon, par frustration.

Que s’est-il passé monsieur Brinckman ?

“Sur le moment, j’étais vraiment convaincu du fait que Mbark Boussoufa s’était déjà pris une carte jaune. Il avait fait une remarque verbale à Frederik Geldhof, mais je me suis évidemment trompé. Étais-je trop sûr de moi ? Ou étais-je déstabilisé par le public ? Les deux kops faisaient beaucoup de bruit. Mais ce n’est pas une excuse : j’aurais voulu creuser un trou pour me cacher, tellement j’étais gêné. Mais je me suis bien rattrapé.”

Comment a réagi Boussoufa ?

“Boussoufa a eu la frayeur de sa vie. ‘C’est ma première jaune !’ criait-il. Entre-temps, mes collègues m’avaient dit, via l’oreillette, que je m’étais trompé. Je me suis excusé auprès de lui, et j’ai levé la main vers les supporters d’Anderlecht, pour montrer que je m’étais trompé.”

Avez-vous revu les images à la télévision ?

“Oui, j’ai même enregistré le résumé du match, et je vais enregistrer Studio 1 à la RTBF et Extra Time à Canvas. Tant pis si on se moque de moi. Je ne peux pas nier que c’était une phase très ludique.”

Vous a-t-on charrié au boulot ?

“Oui. (Rires) Je suis sous-chef dans une entreprise qui fabrique des machines à bois à Bruges. Ils m’ont un peu chambré, et ils ont dit qu’ils m’avaient tous vu à la télévision. J’ai dû expliquer que c’était un match à haute tension. Anderlecht éprouve toujours des difficultés à prendre des points à Malines. Et c’est vrai : j’ai brandi la carte rouge trop tôt.”

Craignez-vous devoir subir une sanction ?

“Robert Jeurissen (NdlR : le patron de la CCA) était l’observateur. Il a dit que cela arrive, et que cette expérience doit me servir à l’avenir. Ce n’était que mon 2e match en D1. La semaine prochaine, j’ai déjà Charleroi - Zulte Waregem. Je n’aurai jamais de carrière comme De Bleeckere. À 36 ans, on ne peut plus entamer une carrière internationale. Mais je veux devenir un bon arbitre de D1. (Après un silence) Vous n’allez quand même pas trop me descendre, hein ?”



© La Dernière Heure 2011