Un peu plus de 24 heures après son remplacement à la mi-temps à Waasland-Beveren, Dennis Praet était l’invité d’Extra Time à Canvas, la deuxième chaîne de la VRT.

Praet n’a pas caché sa déception. "Oui, j’étais déçu, dit-il. J’ai quitté le stade avec un mauvais sentiment. C’était un très mauvais match. Le rythme de match était très bas. Tout le monde avait un jour sans. Si mon remplacement était justifié ? (Très longue pause) Non."

Van den Brom avait fortement critiqué Praet après le match. Si les deux ont eu un entretien la veille du match ? Praet : "Non. Les titulaires ont regardé les 35 premières minutes du match. Je me suis entraîné, tout comme les joueurs qui n’ont pas joué plus qu’une mi-temps."

Les paroles de van den Brom ont touché Praet. "J’étais surpris quand j’ai entendu ce qu’il avait dit à la presse. S’il dit que je me suis mal entraîné, je suis à moitié d’accord avec lui. Mercredi et jeudi, je n’ai pas forcé, parce que j’avais eu un petit problème musculaire. Mais samedi, j’étais très affûté à l’entraînement."

À la mi-temps, van den Brom a levé la voix. "Je ne l’avais jamais vu si fâché. Il nous a dit qu’il l’avait déjà senti à l’échauffement. Il a également cité les trois joueurs - Proto, Gillet et Kouyaté - qui avaient atteint un bon niveau."

La raison pour laquelle Praet n’atteint pas son niveau habituel ? "Je me démarque souvent, je cours beaucoup, mais je reçois peu de ballons, dit-il. Mais il avoue aussi : "Je dois devenir plus méchant sur le terrain, comme me dit toujours mon papa."